+ de critères
 

 

La parole à... Georges Touzet, à propos de la création du réseau RENECOFOR et de son avenir

Georges Touzet a été directeur général de l’ONF jusqu’en 1994. Il est intervenu lors du colloque intitulé "15 ans de suivi des écosystèmes forestiers, résultats acquis et perspectives de RENECOFOR". Ce colloque s’est déroulé à Beaune du 9 au 11 mai 2007.

Vous pouvez également écouter l'intégralité de son intervention (en bas de page).

Georges Touzet
Georges Touzet © Marc Lanier / ONF

Les décennies 1970 et 1980 sont marquées par l'attention portée par les milieux scientifiques au dépérissement forestier attribué à la pollution transfrontière et particulièrement à ce que l'on a appelé les "pluies acides". Ce phénomène a également inquiété les décideurs responsables des politiques forestières. Des sites d'observation sont installés dans plusieurs pays européens. Et une initiative commune de la Finlande et de la France aboutit à la réunion d'une conférence paneuropéenne qui se tient à Strasbourg en 1990.

La résolution "S1" de cette conférence prévoyait l'installation d'un réseau de placettes d'observation coordonné en Europe pour suivre ce phénomène de maladie des forêts. RENECOFOR est l'avatar français de ce réseau de parcelles.

Photo de la salle lors du colloque
Interface entre recherche et gestion, le colloque a alterné les présentations pédagogiques des résultats et des enjeux, avec des temps à tonalité scientifique, pour un public de scientifiques et de forestiers © Erwin Ulrich / ONF

En 15 ans, le réseau RENECOFOR a permis de récolter une énorme moisson de renseignements notamment sur les sols, la végétation herbacée et arborescente dans 102 parcelles installées en forêt domaniale, dans des peuplements représentatifs des grands écosystèmes forestiers, gérés normalement sur le plan sylvicole.

Aujourd'hui, on a conscience des changements environnementaux et l'attention est portée sur les conséquences forestières du probable changement climatique. L'observation suivie des peuplements est plus que jamais nécessaire.

La pérennisation du réseau RENECOFOR apparaît comme indispensable, mais se heurte à des problèmes financiers, notamment le désengagement des instances européennes. Il s'agit d'un problème qui s'est bien des fois posé aux décideurs forestiers quand il s'agissait de poursuivre un investissement lourd en forêt. Il faut, heureusement, noter des points positifs comme la mention effective de RENECOFOR dans le nouveau contrat Etat-ONF.

Il faut maintenant que les responsables de RENECOFOR adaptent la gestion des placettes RENECOFOR aux nouvelles données environnementales, aux nouvelles attentes. Il faut aussi qu'ils mettent en valeur, au niveau national et au niveau européen, le formidable apport de quinze années d'activité de RENECOFOR, tout en notant que les protocoles de 1990 doivent être adaptés.

Il faut que tous les décideurs politiques aient conscience de la nécessité absolue de maintenir en activité le magnifique outil qu'est le réseau RENECOFOR.

Pour écouter l'intégralité de l'intervention de Georges Touzet
Ressources