+ de critères

Présentation de l'espèce

Le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) est assez facilement reconnaissable grâce à la coloration jaune qui lui donne son nom commun.

Description

Le Sonneur à ventre jaune porte bien son nom mais cache son jeu...
Le Sonneur à ventre jaune porte bien son nom mais cache son jeu... © Cédric Baudran / ONF

Ce petit amphibien, qui ne dépasse que rarement les 6 cm, mêle à la fois la discrétion par sa couleur dorsale terne rehaussée de petites épines noires, et l'alarmante coloration jaune et noire de son ventre synonyme de toxicité.

Il est donc facilement reconnaissable par cette coloration ventrale. La forme de sa pupille en forme de cœur, unique chez les amphibiens autochtones de France métropolitaine, est un autre critère de reconnaissance aisée.

Répartition

Carte de répartiton du Sonneur à ventre jaune
Carte de répartiton du Sonneur à ventre jaune © (esxtrait PNA Sonneur à ventre jaune)
C'est une espèce d'Europe centrale qui s'étend de la France à l'ouest, jusqu'aux pays des Balkans à l'est.

Sa régression est globale et des extinctions locales ont été constatées en de nombreux points de son aire de répartition et notamment en France.

Au niveau national, le Sonneur à ventre jaune est présent dans 18 régions mais avec des degrés très différents. Ainsi, il est bien présent dans certains départements de Lorraine, de Franche-Comté, et d'Auvergne et devient moins fréquent ailleurs.

Habitats

Un chablis en forêt a créé une mare propice au Sonneur à ventre jaune
Un chablis en forêt a créé une mare propice au Sonneur à ventre jaune © Eric Bonnaire / ONF

Le Sonneur à ventre jaune utilise différents types de zones aquatiques pour sa reproduction, qui ont à peu près toutes un caractère pionnier, particularité qui le distingue d'une grande partie des autres amphibiens de nos latitudes. En effet, ces zones peuvent être des ornières créées par des véhicules, des vasques et flaques d'eau, des fossés, des mares, des zones de source, des petits ruisseaux ou torrents, etc.

Son habitat terrestre, où il passe une grande partie de sa vie comme de nombreux amphibiens, est assez peu connu. Il semblerait qu'il utilise les galeries de micro-mammifères, les anfractuosités du sol dans un rayon de plusieurs dizaines de mètre autour de sa zone de reproduction.

Longévité

Dans la nature, l'espérance de vie moyenne serait d'une dizaine d'années mais des sonneurs de plus de 15 ans ont déjà été capturés (au moins 26 ans en captivité). C'est un atout indéniable dans la stratégie de conservation de l'espèce.

Régime alimentaire

Il se compose principalement d'arthropodes (diptères, coléoptères, araignées...) et de mollusques gastéropodes.

Reproduction

Larve (tétard) de Sonneur à ventre jaune
Larve (tétard) de Sonneur à ventre jaune © Cédric Baudran / ONF

La maturité sexuelle est atteinte vers 2-3 ans. Sa reproduction s'étale en moyenne d'avril à octobre avec un optimum entre mai et juin. Comme de nombreuses espèces, il existe une variation temporelle liée à la situation géographique.

La femelle du Sonneur à ventre jaune fragmente sa ponte, faite de petits chapelets, dans l'espace et dans le temps ; stratégie qui lui permet de ne pas "mettre tous ses œufs dans le même panier" !

Son nom témoigne du chant plaintif que les mâles émettent pour appeler les femelles et marquer leur territoire. Ce chant "hou hou", rarement audible à plus de 50 m, est souvent comparé au son d'une cloche.

 


Ecoutez le chant du Sonneur à ventre jaune

Le Sonneur à ventre jaune émet un chant plaintif pour attirer les femelles.
 © Cédric Baudran / ONF
Ressources