+ de critères

La réserve biologique intégrale d’Assan

La réserve biologique intégrale d’Assan

Illustration
© ONF
  • Communes de situation : Ceillac et Guillestre (Hautes-Alpes)
  • Surface : 1032.39 ha
  • Altitude : entre 1050 m et 2609 m
  • Date de création : 6 octobre 2014
  • Document de référence : Plan de gestion 2012 – 2021 (Jean-Christophe Gattus – 2012) approuvé par le Conseil national de la protection de la nature le 22 novembre 2012.

Pour en savoir plus

Intérêt majeur

La réserve biologique intégrale d'Assan constitue un ensemble remarquable de milieux typiques des Alpes internes du Sud caractérisé notamment par une forte continentalité du climat. De plus, le relief tourmenté du site a provoqué l’abandon des rares activités humaines il y a plus de 40 ans. Par conséquent, la réserve abrite aujourd’hui de vieilles forêts dites subnaturelles, c’est-à-dire composée de vieux peuplements et avec très peu de traces d’exploitation par l’homme. Le massif d'Assan est notamment remarquable par ses peuplements matures de pin sylvestre.

Vieille forêt de pins sylvestres aux formes torturées
Vieille forêt de pins sylvestres aux formes torturées © Jean-Christophe Gattus / ONF

Historique

Située sur des pentes abruptes avec de nombreuses falaises qui empêchèrent la construction de routes ou de chemins, la montagne d'Assan fut de tout temps peu fréquentée. Elle n’a jamais été habitée de façon permanente et a été très peu exploitée. Il y eu seulement 3 coupes de bois au XXe siècle et la dernière exploitation date de 1972. Le pastoralisme fut abandonné dès 1914 et le site fut classé en réserve de chasse à partir de 1976. S’étendant à la fois sur les forêts communales de Ceillac et de Guillestre et sur la forêt domaniale de Mont-Dauphin, le projet de réserve biologique émergea en 2007 à l’initiative des deux communes afin de protéger durablement cette partie de leur territoire et le laisser évoluer naturellement.

Milieux naturels

  • Malgré une grande homogénéité géologique (massif calcaire), le site abrite une assez grande diversité d'habitats, en particulier forestiers. On y rencontre toutes les essences forestières présentes dans les Alpes internes, avec des faciès variés. L'étendue altitudinale de la réserve et le fort contraste entre ses versants nord et sud sont en partie à l'origine de cette diversité. A contrario, une caractéristique majeure du site, liée à son climat, est l'absence quasi-totale des feuillus (du hêtre en particulier) conduisant à une pleine expression des essences résineuses présentes.
  • Le riche complexe d'habitats est complété par des milieux extra forestiers marqués le plus souvent par une sécheresse typique des Alpes du Sud : éboulis, falaises, landes et pelouses. Citons parmi les plus intéressants en termes de diversité et originalité végétale, la pelouse en gradins à Seslérie et Avoine de Seyne et l'éboulis fin à Bérardie laineuse.

Flore et faune

De nombreuses espèces remarquables, animales comme végétales, bénéficient de la quiétude du site et contribuent à sa richesse. La plupart sont liées aux forêts ou aux milieux rocheux. Parmi celles-ci, on peut citer le papillon Isabelle et de nombreux oiseaux tels que la chouette Chevêchette d'Europe ou le Tétras lyre. Plus de 330 espèces végétales ont été observées sur la réserve, dont 7 sont protégées. Les 2 plus emblématiques sont l'Ancolie des Alpes et la Bérardie laineuse.

Gestion

Les objectifs de gestion de la réserve intégrale d’Assan sont les suivants :

  • laisser la nature évoluer librement sans intervention humaine. Pour atteindre cet objectif, une réglementation stricte a été mise en place à la création de la réserve. De petits panneaux installés en limite de la réserve rappellent que toutes les activités y sont interdites à l’exception de la randonnée pédestre qui est tolérée
  • encourager la collecte de données scientifiques pour améliorer les connaissances. Depuis 2012, plusieurs inventaires complémentaires sont en cours. Ils portent sur les oiseaux, les insectes coléoptères et les peuplements forestiers avec une analyse de la quantité de vieux arbres et de bois morts, facteurs déterminants de la biodiversité des forêts
  • sensibiliser le public à la richesse des milieux qui nous entourent. Une ou deux fois par an (ex : Fête de la nature, renseignements OT de Guillestre), l’agent ONF local organise une visite guidée de la réserve pour faire découvrir ce site préservé.

 

Pose d’un piège à insectes coléoptères sur un vieux mélèze
Pose d’un piège à insectes coléoptères sur un vieux mélèze © Laurent Blanchard / ONF
Reportage France 3 Provence-Alpes
Un équipe de France 3 a suivit Simon Brochier, agent patrimonial ONF, dans la nature libre et intacte de la réserve d'Assan.
 
Ressources