+ de critères

 

Attention à vous

Que faire ?

Face aux problèmes de pied…
Pour se préserver de toute blessure ou ampoule, le plus simple est de mettre un pansement dès la présence d’un échauffement. S’il est trop tard,… Plus sur: Que faire ?

D’abord, quelques spécificités martiniquaises

  1. la nuit tombe tôt en Martinique (dès 17h30 en décembre), tenez en compte pour le retour
  1. il fait toujours très chaud, soyez à l'écoute de votre organisme
  1. le trigonocéphale, serpent dangereux, est présent sur toute l'île
  1. brume et pluie bouchent les points de vue et rendent impraticables certains sentiers. Dans la mesure du possible, préférez la saison sèche (janvier à avril) pour les sentiers des Pitons du Carbet et de la Montagne Pelée.

Vous progresserez souvent en montagne, il n'est pas inutile de rappeler qu'il vaut mieux :

  1. prévenir votre entourage de votre itinéraire
  1. étant donné la chaleur, partir tôt
  1. si vous vous êtes trompé de chemin, faire demi-tour
  1. privilégier, par mesure de sécurité, la présence minimum de trois adultes pour vos sorties : en cas de problème, un adulte doit pouvoir aller chercher de l'aide, sans laisser la personne blessée seule ; faire en sorte qu'un des marcheurs conserve de l'eau dans sa gourde à utiliser en cas de problème
  1. si vous êtes en groupe, prévenir l'animateur si vous vous arrêtez, pour qu'il en tienne compte.

Marcher sous la chaleur sollicite beaucoup l’organisme

Rappelons que la température est quasi constante en Martinique et oscille entre 24 et 27°C. L'insolation est toujours très forte (elle dépasse 7 h par jour), mais l'impression de chaleur est tempérée par les alizés, qui soufflent pratiquement toute l'année.

L'organisme est donc sujet à des contraintes fortes, qui se cumulent avec le relief montagnard de certains sentiers.

Redoublez donc d'attentions envers votre organisme :

  1. du fait de la chaleur, partez tôt le matin ; prévoyez un chapeau et de la crème solaire
  1. progressivité et bonne tolérance à l'effort conditionneront le bon déroulement de votre randonnée. Marchez à votre rythme, il vous est propre. Ralentissez quand il fait très chaud
  1. buvez de l'eau : un verre d'eau une demi-heure avant la randonnée ; puis 4 à 5 gorgées toutes les 15-20 minutes. Emportez au minimum deux litres d'eau minérale peu sucrée par personne
  1. privilégiez une alimentation équilibrée pendant la marche et lors des pauses : produits laitiers (lait, fromage, yaourts), protéines (poulet, poisson), céréales (pains, grains entiers), fruits, légumes, jus.

Adaptez votre tenue vestimentaire

  1. portez des vêtements de tissu léger et de couleur claire en fibres naturelles
  1. préférez un short ou un pantalon à ceinture élastique, un maillot ajouré et ample
  1. portez un chapeau contre le soleil
  1. privilégiez des chaussures confortables, légères et solides, qui offrent un bon maintien du talon et des chevilles et dont la semelle à crampons ne soit pas trop souple. Evitez les chaussures neuves, les espadrilles, les chaussures de ville ou les tongs. Enfin, des chaussettes épaisses en coton sont conseillées
  1. pour les sentiers des Pitons du Carbet, de la Montagne Pelée et du Morne Jacob : prévoyez un imperméable léger et un maillot à manches longues ; un maillot de bain et une petite serviette pour la baignade et les passages à gué des rivières ; une tenue de rechange pour la fin du parcours.

N’oubliez pas les indispensables dans votre sac à dos

Choisissez-le avec une protection du dos et des bretelles larges, et complétez le avec :

  • une gourde bien hermétique
  • un couteau pliable
  • du papier absorbant multi-usages en rouleau ou serviette
  • des mouchoirs en papier
  • un sac plastique pour ramener vos ordures.

Petit conseil : étant donné l'humidité, protégez votre matériel photo dans sacs plastiques.

Emmenez une trousse de secours de première urgence

Trop souvent, les randonneurs ne veulent pas s'en encombrer.

Pourtant, les quelques éléments ci-dessous (sous réserve de consultation de votre médecin traitant) vous seront peut être utiles :

  • un antiseptique (éosine aqueuse, alcool iodé, mercryl)
  • une crème pour traiter les hématomes
  • une pommade de type baume pour les muscles
  • un rouleau de bandes élastiques aérées autocollantes
  • une ou deux bandes velpeau
  • une boîte de gaz, des compresses stériles sous emballage et quelques pansements auto-collants de diverses tailles
  • de l'aspirine
  • une pompe aspi-venin
  • du sparadrap, des petits ciseaux à bouts arrondis, une aiguille à reprise et du fil de coton, une pince à épiler.

Gare au serpent : le trigonocéphale est présent sur toute l’île

Sa morsure (parfois mortelle) en fait le seul animal dangereux pour le randonneur.

Il ne faut ni exagérer, ni minimiser le danger qu'il représente. Pris de peur panique, il s'enfuit en général à l'arrivée d'un groupe de personnes. Restez toutefois vigilant et regardez où vous posez les pieds. La meilleure prévention consiste à ne pas s'écarter des chemins et proscrire totalement le « hors-piste ».

En cas de morsure, il faut :

  • calmer la personne, lui donner un antalgique anti-inflammatoire (aspirine), la faire boire
  • aspirer le venin (pompe aspi-venin)
  • nettoyer la plaie avec un antiseptique local
  • coucher le patient avec le membre concerné (préalablement immobilisé dans une attelle) en position surélevée
  • procéder à l'évacuation rapide vers l'hôpital le plus proche
  • placer de la glace enveloppée dans un linge à proximité de la plaie dès que possible.

Evitez les mauvais réflexes suivants

  1. poser un garot
  2. inciser la plaie
  3. utiliser des produits agressifs
  4. cautériser la plaie
  5. injecter du sérum anti-venin.
Ressources