| 
More criterions

Le savez-vous ?

  • Send to a friend

Au nord, les forêts publiques

Plantation expérimentale de mahoganys grandes feuilles (Forêt de Reculée)
© Jean-Paul Ricci Plantation expérimentale de mahoganys grandes feuilles (Forêt de Reculée)

Les forêts publiques, c'est à dire appartenant à l'Etat ou à des collectivités territoriales, se situent pour l'essentiel au nord à l'intérieur de l'île, sur les pentes les plus fortes.

Les reliefs y sont très vigoureux, les éruptions volcaniques ont chassé les populations, l'ensemble reste très largement boisé.

La forêt départementalo-domaniale y occupe 9.719 ha, elle comprend notamment les massifs de la Pelée, des Pitons du Carbet ou du Morne Jacob.

La forêt départementale s'est créée dans les années 80 à partir d'acquisitions successives.

Au sud, des propriétaires privés

Le sud de l'île appartient principalement aux propriétaires privés. Il connaît depuis plusieurs années un « mitage » regrettable du couvert forestier au bénéfice d'une urbanisation parfois sauvage. Grignotée, affaiblie, ne faisant pas l'objet de soins sylvicoles, la forêt ne peut plus jouer ses différents rôles dans beaucoup de communes.

Quelques massifs importants existent néanmoins et doivent être rapidement protégés et gérés.

Le littoral, zone sensible

Enclos de régénération dans la cocoteraie de l’Anse Michel
© ONF Martinique Enclos de régénération dans la cocoteraie de l’Anse Michel

Les forêts publiques sont aussi situées en bordure de mer. Leur importance est primordiale à de nombreux titres : protection du front de mer, préservation de la biodiversité, accueil du public, qualité des paysages.

La forêt littorale des anciens « 50 Pas géométriques » est constituée par une bande étroite de 81,2 m de large, qui s'étale sur plus de 240 km de littoral, (près de 50%) soit environ 1.940 ha. Ces milieux naturels et forestiers, devenus forêt domaniale en 1981, avaient malheureusement fait l'objet antérieurement d'une assez forte squattérisation.

Aujourd'hui, même si les nouvelles installations sont limitées, nous constatons encore plus de 600 occupations de différentes natures qui doivent être traitées au cas par cas dans l'objectif de reconquérir la qualité naturelle de cet espace. Le Conservatoire du littoral a également acquis plus de 2.000 ha et s'engage dans cette nécessaire maîtrise foncière.

Sans oublier, bien sûr, la mangrove (1.840 ha), cette formation boisée très originale, propre aux pays tropicaux  et d'une grande valeur écologique, fait partie du domaine public maritime sous gestion de la Direction départementale de l'équipement et bénéficie de l'application du régime forestier, mis en œuvre par l'ONF.

Back to top

Zope 3