| 
More criterions

A la découverte

Back to previous page
  • Send to a friend

Illustration
© Patrick Pégoud / ONF Illustration

La Réunion, une montagne dans l’Océan

Une île volcanique

Illustration
© Patrick Pégoud / ONF Illustration

Voisine de Maurice, dans l'archipel des Mascareignes, La Réunion est une île volcanique dont l'origine remonte à 3 millions d'années. L'île est en effet née de l'activité d'un volcan de type hawaïen, caractérisé par l'écoulement de laves très fluides. Elle s'enfonce à plus de 4000 m en dessous du niveau de la mer avec, au fond de l'océan, une circonférence totale de 700 à 800 km.

Surgi de l'océan Indien, le Piton des Neiges ne connaît plus de manifestation de type volcanique depuis 20.000 ans environ. Il culmine à 3069 m d'altitude, soit le plus haut sommet de l'océan Indien. Le relief simple d'origine a laissé la place à celui si original d'aujourd'hui, avec ses trois cirques - Mafate, Cilaos et Salazie. Ces grandes dépressions, qui résultent d'effondrements gigantesques, sont délimitées par d'impressionnants remparts. En leurs centres, crêtes et ravins se succèdent, isolant par endroits de petits plateaux nommés "îlets".

Sur le tiers Sud de l'île, le jeune massif de la Fournaise étonne par ses impressionnantes caldeiras emboîtées, dont celle de l'Enclos Fouqué, lieu privilégié d'une activité volcanique intense. Quant au piton de la Fournaise (2631 m), ce volcan s'est installé il y a plus de 500.000 ans sur le flanc Est et connaît toujours une activité intense.

Les colères du volcan

Illustration
© Patrick Pégoud / ONF Illustration

La Réunion est connue pour ses éruptions volcaniques peu dangereuses durant lesquelles les laves s'épanchent en longues coulées spectaculaires.

Pourtant la vie du volcan est ponctuée d'épisodes violents ; ils sont la conséquence fortuite de la rencontre du magma et de nappes d'eau. Ce mariage contre nature produit des explosions paroxysmales accompagnées de projections de cendres et de blocs ; il s'en suit la formation d'un cratère puits.

Le plus bel exemple en est le cratère Commerson qui date d'environ 2.000 ans ; les Trous Blancs plus anciens (environ 6.000 ans) ont une origine similaire. Bien plus récemment, en 1860, une explosion du sommet de la Fournaise a émis des cendres qui ont recouvert un bateau à 25 km des côtes !

 

Des paysages grandioses et surprenants

Illustration
© Alain Brondeau / ONF Illustration

Reflets des événements géologiques à l'origine de l'île et de l'érosion intense liée au climat tropical, les paysages réunionnais sont grandioses et surprenants par leur diversité. Il est incroyable de passer, en quelques kilomètres, des plages de sables fins au plus haut sommet de l'océan Indien.

Une variété de paysages que l'on doit au jeu combiné du relief et de la végétation : remparts abrupts et vertigineux, crêtes et arêtes effilées comme des lames de couteaux, ravines qui entaillent très profondément la montagne, planèzes désertiques, plateaux luxuriants, côtes déchiquetées couvertes de savanes sèches ou au contraire d'une végétation exubérante...

Lors des épisodes cycloniques, les pluies diluviennes sculptent les reliefs et entaillent les profondes ravines, caractéristiques des paysages réunionnais.

Une multitude de microclimats

La situation océanique et tropicale de l'île, ainsi que la complexité du relief et l'exposition aux vents, déterminent une multitude de microclimats les plus extrêmes, marqués par de spectaculaires variations de température et de pluviométrie.

La côte orientale, dite "au vent", est soumise à l'influence de vents chargés d'humidité - les alizés -, tandis que la côte occidentale, dite " sous-le-vent ", est beaucoup plus sèche. Et les écarts sont impressionnants : on recense plus de 7 m d'eau par an à Takamaka et dans les Hauts de Sainte-Rose, contre à peine 500 mm sur le littoral de Saint-Gilles !

De même, la température peut varier de 10 à 20°C entre le littoral et l'Enclos Fouqué. Durant l'hiver austral, il givre à partir de 1600 m d'altitude, et exceptionnellement il peut neiger sous les tropiques !

Réunion des hommes, Réunion des Cultures

Dans un premier temps, l'île fut un point de ravitaillement des navigateurs contournant l'Afrique sur la route des Indes. Ce n'est qu'à partir de 1663 que débute son peuplement avec l'arrivée de colons français, de serviteurs malgaches et de femmes indiennes.

Pendant plus d'un siècle et demi d'esclavagisme, où plus de 200.000 personnes originaires d'Afrique de l'Est, de Madagascar... seront arrachés à leur pays, le métissage de la population se poursuivra malgré la ségrégation du système. Après 1848, date de l'abolition de l'esclavage, le métissage s'enrichit avec l'arrivée des "engagés" Indiens, puis avec la venue de Chinois.

La complexité du peuplement et le mélange des ethnies sont à l'origine de cette société plurielle, où la diversité culturelle, la richesse des modes de vie et les différentes religions s'expriment dans un respect mutuel. Un exemple de tolérance...

Urbanisation et aménagement du territoire : un défi d’avenir

Avec une forte croissance démographique, La Réunion devrait atteindre le million d'habitants d'ici 2030. Son développement se trouve de plus en plus confronté à l'exiguïté d'un territoire insulaire limité (2.500 km2) et amplement couvert d'espaces naturels (1.000 km2) et agricoles. L'urbanisation essentiellement littorale gagne rapidement les Hauts de l'île et n'est pas sans soulever de multiples problèmes : pression sur les milieux naturels, insuffisance des infrastructures routières, limitation des ressources en eau et en énergie...

Dans ce contexte, de grandes orientations ont été définies (le Parc national) et de grands projets sont en cours de réalisation (le basculement des eaux d'Est en Ouest) et s'inscrivent dans une démarche de développement durable (le chantier de la Nouvelle Route du Littoral, le Trans-éco express, la station d'épuration du Grand Prado).

Back to previous page

Zope 3