| 
More criterions

Nos conseils

Le réseau de sentiers, très développé à La Réunion, a contribué à porter la réputation de l’île au-delà de ses limites naturelles. Peu d’endroits sont aussi richement dotés d’un tel patrimoine de sentiers. Une collectivité, le Département de La Réunion et un gestionnaire, l’ONF, ont décidé d’unir leurs efforts pour en préserver l’existence et rendre ce vaste linéaire de 850 km ouvert au public.

  • Send to a friend

Un grand choix pour partir à la découverte de l’île

Cartes des sentiers
© ONF Cartes des sentiers
  • 300 km de routes à vocation forestière et touristique permettent d'accéder aux sites touristiques majeurs des Hauts (maîtrise d'ouvrage : Conseil régional)
  • 850 km de sentiers, entretenus et balisés par l'ONF grâce à la participation du Conseil général, pour découvrir des sites exceptionnels
  • diverses publications présentent les différents itinéraires pour partir se promener dans les meilleures conditions et satisfaire ainsi vos curiosités historiques, géologiques, floristiques...
  • pour les enfants et pour faciliter vos envies de sorties en famille, l'ONF a édité le guide Sentiers Marmailles qui propose des balades accessibles à tous. Vous pouvez les consulter en ligne sur le site du Conseil général de La Réunion.

Les programmes forestiers et touristiques sont majoritairement co-financés par la Région et le Département (sur fonds européens).

Une fréquentation soutenue

Les sentiers sont très fréquentés tout au long de l'année (ici, Bon Accueil, forêt des Makes)
© ONF Les sentiers sont très fréquentés tout au long de l'année (ici, Bon Accueil, forêt des Makes)

Le nombre de sorties sur les sentiers est évalué à 1.200.000 par an.

S'y côtoient :

  • les familles qui privilégient les petites balades à proximité immédiate des sites d'accueil, avant ou après un pique-nique, ce qui représenterait 300.000 visites annuelles
  • les randonneurs qui préfèrent les marches de plusieurs heures, soit 900.000 visites annuelles.

Parmi les randonneurs :

  • deux tiers sont des résidents, soit environ 600.000 visites annuelles
  • un tiers sont des touristes, soit environ 300.000 visites annuelles.

Selon les enquêtes menées :

  • jusqu'en 2005, parmi les 430.000 touristes annuels, 300.000 environ déclaraient avoir effectué au moins une randonnée au cours de leur séjour.
  • 120.000 personnes, sur les 800.000 habitants que compte l'île, ont déclaré faire régulièrement de la randonnée, de l'ordre de 5 en moyenne par personne.

C'est dire l'importance des 850 km de sentiers gérés pour toutes les personnes qui vont bat'karé (se promener, en créole) en forêt.

Une fonction sociale et économique indéniable

Ce sentier parcourt la réserve biologique de Bébour
© ONF Ce sentier parcourt la réserve biologique de Bébour

La dimension sociale présente plusieurs facettes :

  • les sentiers permettent d'abord à la population de développer des activités de loisirs
  • leur entretien et leur réfection génèrent de l'emploi grâce à la volonté politique des élus du Département qui y consacrent des moyens conséquents chaque année
  • la gestion des sentiers sert de support de formations techniques aux bénéficiaires de contrats d'insertion (environ 500 personnes par an)
  • enfin, les itinéraires pédestres servent, pour les sites qui ne sont équipés de routes, de voie de desserte pour y entrer ou en sortir, ou encore aller à l'école. C'est le cas du cirque de Mafate.


L'activité marchande générée par les sentiers est prise en compte dans le cadre de la réflexion écotouristique. Un itinéraire devient un lien incontournable entre les différentes structures économiques et touristiques des Hauts (refuges de montagne, gîtes, tables d'hôtes, boutiques).

Read more

Back to top

Zope 3