+ de critères

 

Focus "Ecorce" : quand l’art s'abrite en forêt !

En partenariat avec l’ONF et l’Ecole nationale d’architecture de Normandie, la Métropole Rouen Normandie a lancé un concours auprès des étudiants architectes de 4e année ayant fait le choix de "l'option bois". La mission proposée : concevoir un abri en forêt. Focus sur le projet lauréat baptisé "Ecorce".

Thomas, Claire, Paul, et Eda Porteurs du projet "Ecorce"
Thomas, Claire, Paul, et Eda Porteurs du projet "Ecorce" © ENSAN

Claire, Thomas, Eda et Paul sont des étudiants heureux. Après six mois de travail, de réunions, d'échanges, de création, ils viennent d'être primés pour leur projet "Ecorce" réalisé dans le cadre d'un concours lancé par la Métropole Rouen Normandie. Le défi était le suivant : concevoir un abri pour les promeneurs de l'une des 3 forêts d'exception périurbaines rouennaises que sont Roumare, la Londe-Rouvray et Verte. Un abri résolument design et utile, entièrement conçu en bois local. « Le développement de l'art en forêt est au cœur de l'un des axes de notre Charte forestière de territoire. Ce concours était aussi l'occasion idéale de valoriser notre label Forêt d'Exception ® reçu en 2015 », indique Christelle Simon, chef du service "forêt et nuisances" à la Métropole Rouen Normandie.

Une création harmonieuse pour l’homme et l’environnement

Claire Brasy, l'une des étudiantes lauréates du concours
Claire Brasy, l'une des étudiantes lauréates du concours © Eda Hayvali / ENSAN

"Ecorce" est une alcôve en chêne où l'on se repose sous les feuillages. Dès mars 2018, l'abri pourra accueillir huit personnes assises confortablement. Un large espace de circulation a été conçu pour permettre l'accès aux personnes à mobilité réduite. Au total, une vingtaine de promeneurs pourront se retrouver sous l'abri. « Nous voulions créer un espace chaleureux où l'homme peut vivre en harmonie avec son environnement » témoigne Claire Brasy, l'une des membres du quatuor, qui rêve à une ville de demain sans béton au profit d'un "tout en bois". 

Cette œuvre artistique se situera dans la forêt de Roumare, à proximité du parc animalier et de l'arboretum du Petit Charme, deux espaces d'accueil très fréquentés par le public.

Un travail mené avec le concours des forestiers ONF

Paul Hue-Hermier, l'un des étudiants lauréats du concours
Paul Hue-Hermier, l'un des étudiants lauréats du concours © Eda Hayvali / ENSAN

Libres de choisir l'emplacement parmi 3 sites, les étudiants s'étaient rendus dans les trois forêts d'exception rouennaises en compagnie d'équipes de l'Office national des forêts. « Durant tout le mois de septembre, des forestiers de l'ONF nous ont accompagnés pour nous présenter les enjeux et les caractéristiques de chaque lieu. C'était passionnant ! », témoigne Paul Hue-Hermier, l'un des étudiants lauréats.

Inauguration en janvier 2018

Maquette en 3D du projet
Maquette en 3D du projet © ENSAN

Après la conception de la maquette, place désormais à la construction grandeur nature qui débutera en janvier 2018. Elle fera également appel à d'autres profils d'étudiants, issus du centre de formation régional du BTP de Bourgtheroulde. Claire, Thomas, Eda et Paul resteront évidemment aux manettes et auront la responsabilité de suivre chaque étape du projet. « En tant que futurs architectes, c'est une immense chance pour nous de suivre de A à Z la concrétisation de cette réalisation »,  s’enthousiasme l'équipe, impatiente de voir leur création se matérialiser... pour le plus grand bonheur des promeneurs !

 

Découvrez le cahier des charges du concours

  • Les étudiants devaient concevoir un abri inscrit dans le paysage et donner à lire la forêt par une approche sensorielle. Le projet était considéré comme un interlude à la randonnée pouvant être un objectif à atteindre par les marcheurs ;
  • La structure devait être en bois feuillu local de classe 2 en sections standardisées, il devait prévoir des impacts minimes sur l'environnement, une facilité de mise en œuvre et une qualité d'assemblage ;
  • L'objet devait être résistant aux intempéries, à l'utilisation des usagers et au risque de vandalisme, pour une durée de vie supérieure ou égale à 10 ans ;
  • Le projet est financé à hauteur de 5 000 € maximum par la Métropole.

L'ONF