+ de critères

 

La réserve naturelle nationale des Nouragues

La réserve naturelle nationale des Nouragues est la plus grande réserve naturelle terrestre de France.

Carte d'identité

carte des espaces naturels protégés de Guyane
Localisation de la RNN des Nouragues © Nicolas Degarne / ONF
  • Superficie : 105.800 ha
  • Communes : Régina, Roura
  • Date de création : 20 décembre 1995 (publication du décret ministériel)
  • Co-gestionnaires : l'Office national des forêts et le Groupe d'étude et de protection des oiseaux en Guyane (Gepog)
  • 1 conservateur (ONF) et des gardes-animateurs (rattachés au Gepog)
  • Accessibilité : l'accès à la réserve se fait principalement par voie fluviale, en navigant sur l'Approuage puis sur l'Arataye. Des transports héliportés peuvent aussi s'effectuer dans certains cas (matériel lourd, encombrant...).

Les paysages remarquables et les différents milieux naturels

Vue aérienne d'une partie de la réserve des Nouragues
Vue aérienne d'une partie de la réserve des Nouragues © J-F. Spzigel

La réserve naturelle des Nouragues est presque exclusivement recouverte de forêt primaire.

  • La topographie est essentiellement collinaire, typique de la pénéplaine, surface plane érodée, qui caractérise les très vieux boucliers (Bouclier guyanais).
    Sur la rive gauche de la crique Arataye, les collines culminent autour de 400 m d'altitude et forment les Montagnes Balenfois.
    L'une de ces collines est un dôme rocheux (l'Inselberg ou "savane roche" des Nouragues), culminant à 430 m, partiellement dépourvu de forêt, avec d'imposantes parois rocheuses.

  • Plusieurs types forestiers peuvent être distingués :
  • la forêt haute et bien structurée, sur les terrains argileux (sols ferralitiques profonds), soit sur la plus grande partie du territoire
  • la forêt sur cuirasse latéritique, limitée à quelques plateaux tabulaires situés au nord du saut Pararé
  • la forêt ripicole, localisée sur les berges des criques les plus larges, comme l'Arataye
  • la forêt marécageuse et des bas-fonds, liée aux terrains mal drainés, où le sol reste imprégné d'eau
  • la forêt de lianes.

  • D'autres types de végétation sont présents également dans la réserve :
  • la végétation des sauts rocheux (sur la rivière Arataye principalement), inondable et caractérisée par des plantes herbacées et arbustives
  • les cambrouzes ou formations à "bambous"
  • la végétation herbacée et arbustive des inselbergs ou "savane roche". Ces deux dernières formations végétales sont enclavées dans le massif forestier, et sont très localisées.

Les études scientifiques et inventaires faunistiques et floristiques

Des inventaires et des suivis de populations et de peuplements sont organisés et menés par la réserve parfois en partenariat avec des organismes de recherches ou des associations. Ces études sont réalisées afin de connaître les différentes espèces faunistiques et floristiques qui composent la réserve et de comprendre les évolutions quantitatives et géographiques des populations.

photographie d'une mesophylla macconnelli
La mesophylla macconnelli est une espèce de chauve-souris frugivore © Maxime Cobigo / ONF
  • Les différents types de suivis et inventaires :
  • suivi chauves-souris
  • suivi amphibien (en partenariat avec le CNRS)
  • suivi botanique (dans le cadre des programmes Guyafor et Rainfor)
  • suivi STOC EPS (suivi des oiseaux communs par méthode d'écoute) (en partenariat avec le Gepog)
  • suivi de la grande faune par la méthode des IKA (Indice kilométrique d'abondance*)
  • inventaire entomologique
  • inventaire ichtyologique (poissons)
  • suivi des espèces sensibles : suivi grands carnivores (Kwata)
  • suivi du coq de roche (Gepog).

* Les indices kilométriques d'abondance est une technique de comptage de la faune terrestre. Cela consiste à parcourir des layons (= transects) à pied et lentement (vitesse inférieure ou égale à 1km/h) pour détecter la faune présente lors du passage d'un observateur (source : site internet des Nouragues: www.nouragues.fr).

Deux stations de recherche du CNRS au cœur de la réserve

Si la totalité de la réserve naturelle appartient au domaine forestier privé de l’Etat, le décret prévoit explicitement une zone de recherche autour des camps Inselberg et Pararé, gérée par le CNRS.

  • Lieu privilégié pour l'étude du fonctionnement des forêts tropicales et de sa biodiversité, la station fait partie d'un réseau d'observatoires de l'environnement en forêt tropicale.
  • Des équipements scientifiques pour les mesures pérennes y sont installés, entretenus et opérés à l'année par le personnel technique de la station. Elle accueille les scientifiques des organismes de recherche nationaux et internationaux.

L'accueil du public et les animations pédagogiques

  • De nombreuses animations, conférences ou expositions sont organisées par la réserve, en partenariat avec diverses structures ou collectivités telle que le CNRS, l'ONCFS, l’écomusée municipal d'Approuage-Kaw.
  • La réserve a pour projet de ré-ouvrir le camp d'éducation à l'environnement de l'Arataï situé à l'entrée de la Réserve afin d'accueillir le grand public et les scolaires.

Vous trouverez l'actualité de la réserve sur son site Internet (lien dans le 1er paragraphe "Carte d'identité").

Les documents informatifs disponibles

Différents documents sont édités afin de faire connaître la réserve ainsi que sa faune et sa flore au grand public.

Les documents disponibles sont :

  • Une plaquette d'information sur la réserve
  • Le livret A la découverte des réserves naturelles guyanaises
  • De nombreux rapports de missions d'inventaires ou de suivis de la faune et de la flore.

Vous trouverez une partie de ces documents sur le site Internet de la réserve.

Ressources