+ de critères

 

Gérer la chasse

La chasse est une autre manière de vivre la forêt guadeloupéenne. La majorité des espaces où elle est autorisée est gérée par l’ONF. La réglementation et le suivi de son application y sont nécessaires à la préservation de la biodiversité. L’ONF cherche aussi à favoriser la constitution d’associations de chasse.

A noter

Le tribunal administratif de Basse-Terre, dans son ordonnance n°1401134 du 11 décembre 2014 suspend l'arrêté préfectoral relatif à la saison de chasse 2014/2015 dans le… Plus sur: A noter

La délivrance des licences de chasse

L'ONF délivre des licences de chasse payantes et valables pour l'ensemble des territoires qui relèvent du régime forestier (lire ci-contre).

Trois grands domaines naturels sont concernés :

  • la forêt départementalo-domaniale (10.400 ha chassables)
  • la en forêt domaniale du littoral (1.500 ha chassables)
  • le domaine public maritime et lacustre (7.400 ha chassables pour la mangrove).

Les dates d'ouverture et de clôture de la chasse sont publiées chaque année par arrêté préfectoral. Traditionnellement, l'ouverture de la chasse, rendez-vous incontournable pour les chasseurs, a lieu le 14 juillet.


De nombreuses dispositions pour protéger les milieux et les espèces

Melanerpes hermenii, pic de Guadeloupe est le seul oiseau endémique « strict » de l'île, il est protégé
Melanerpes hermenii, pic de Guadeloupe est le seul oiseau endémique « strict » de l'île, il est protégé © ONF
Respecter les milieux, la réglementation, les espèces protégées sont des éléments essentiels à la conservation de la biodiversité.

De nouvelles mesures voient le jour comme la mise en place de quotas de tirs pour certaines espèces. Ce système s'appuie sur le comptage des espèces et deviendra réellement efficace lorsque suffisamment de campagnes de comptages auront eu lieu. Pour la Tourterelle à queue carrée, les prises sont limitées à 15 pièces par chasseur et par jour de chasse.


Les belvédères et autres installations ayant comme support l’arbre sont interdits
Les belvédères et autres installations ayant comme support l’arbre sont interdits © ONF
D'autres initiatives contribuent à une meilleure gestion cynégétique comme la limitation du nombre de jours de chasse :
  • chasse à tir et au vol seulement de 5h à 19h les mardis, samedis, dimanches et jours fériés, ainsi que le 15 août
  • chasse de la grive interdite le mardi
  • chasse du gibier d'eau à compter du 16 août seulement, tous les jours sauf le mercredi.

Enfin, il s'agit de lutter contre les traces préjudiciables à la nature que l'homme laisse encore trop souvent : détérioration de la végétation, mutilation d'arbres, douilles vides et déchets divers.


Différents acteurs se chargent de faire appliquer cette réglementation

Dans l'organisation du contrôle, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) est la première référence administrative. Il compte quatre agents dont le pouvoir en matière de police s'étend au domaine privé, aux forêts, bois et zones humides et plaines.

Dans son rôle de police, l'ONF s'associe à l'ONCFS pour surveiller ses forêts qui relèvent du régime forestier, soit les terrains appartenant à l'Etat (forêt domaniale du littoral, mangroves) et la forêt départementalo-domaniale.

Un troisième acteur, le Parc national de la Guadeloupe, assure sur son territoire le respect des réglementations.

Sans oublier de souligner l'aide de la Gendarmerie et de la Douane lors des tournées conjointes régulièrement effectuées.


L’ONF cherche à favoriser la constitution d’associations de chasse

Une des missions de l'ONF est de favoriser, d'appuyer et d'aider à la constitution d'associations de chasse, garantes d'une meilleure lutte contre le braconnage et d'une police interne par le biais des règlements intérieurs.

L'association de la Désirade, le Phaëton, a par exemple contribué à réduire la pression de chasse et à organiser l'activité cynégétique sur l'île. L'ONF lui loue par voie de convention, le droit de chasse sur certaines parcelles en forêt domaniale du littoral.

Ressources