+ de critères

 

A la découverte L’archipel de la Guadeloupe, un papillon dans l’océan

La richesse de l’archipel guadeloupéen se découvre à travers son histoire, sa population au milles visages, sa culture et son environnement. Ses premiers habitants, l'avaient nommée "l'île aux belles eaux". Elle est aussi appelée "l'île d'émeraude" ou l'île papillon car, vue du ciel, les deux principales îles se déploient telles les ailes d'un papillon.

Les plages sont des lieux de détente appréciés de tous
Les plages sont des lieux de détente appréciés de tous © ONF

Située entre l'Equateur et le Tropique du Cancer, baignée à l'ouest par la mer des Caraïbes et à l'est par l'océan Atlantique, la Guadeloupe est un archipel de 1.780 km2 qui compte deux îles principales, Basse-Terre et Grande-Terre, séparées par un étroit chenal, la rivière Salée. Quatre autres îles en font partie : les Saintes, Marie-Galante, la Désirade.

Christophe Colomb l'aborde pour la première fois en 1493. Elle devient un Département d'outre-mer le 19 mars 1946, puis une Région en 1974.

Suite au référendum du 7 décembre 2003 relatif au changement de statut, les îles de Saint-Martin (partagée entre la France et les Pays Bas) et Saint-Barthélemy, anciennement rattachées à la Guadeloupe, sont devenues des Collectivités d'outre-mer à part entière.

Les deux îles principales

La Grande-Terre

D'une superficie de 590 km2, l'aile droite du papillon, la Grande-Terre, est un plateau calcaire qui présente un paysage de plaines sèches dominées par des collines peu élevées (les "mornes"). Son sommet le plus haut n'est qu'à 177m.

Le Nord et l'Est sont des plaines prolongées par des falaises qui plongent dans l'Atlantique. Le Sud et l'Ouest sont formés par la plaine argileuse des Abymes recouverte en partie par une large zone marécageuse appelée mangrove.

Le littoral méridional offre des plages de sable fin et blanc aux eaux limpides protégées de récifs coralliens. C'est dans ce secteur que sont localisées les principales infrastructures touristiques.

L'activité agricole est essentiellement composée de la culture de la canne à sucre.

La Basse-Terre

D'une superficie de 848 km², la Basse-Terre s'impose avec son relief, les nombreuses rivières et ravines qui la traversent. La Grande Rivière à Goyave est la plus longue (32 km).

Son point culminant est le volcan actif de la Soufrière (1467 m et plus haut sommet des Petites Antilles). Son centre, recouvert en majorité de la forêt dense humide abrite le 7ème parc national français avec ses 17.300 ha.

La ville de Basse-Terre est également la capitale administrative.

Marie-Galante

Située à une quarantaine de kilomètres de la Guadeloupe, c'est avec ses 158 km2 la plus grande des quatre îles qui dépendent de la Guadeloupe.

Elle porte le nom de l'une des trois caravelles de Christophe Colomb (La Maria Galanta) qui l'a découvert. Elle est appelée la Grande Galette en raison de son relief et de sa forme plate. L'île aux cent moulins est réputée pour son rhum.

Elle regroupe trois communes : Grand-Bourg au sud-ouest, Saint-Louis à l'ouest et Capesterre au nord-est.

La Désirade

2 km de large sur 11 km de long, l'île doit l'origine de son nom à la joie de Christophe Colomb découvrant cette terre tant "désirée" après plusieurs mois en mer. Située à 8 km de la Pointe des châteaux, la Désirade apparaît comme un bateau renversé. Elle était autrefois une terre d'exil pour les corsaires et une terre d'accueil pour les lépreux.

Ses habitants, environ 2.000, vivent principalement de la pêche, de la petite agriculture et de l'élevage.

Les Saintes

Situées à 10 km au sud de la Basse-Terre, les Saintes sont composées de deux îles principales - Terre-de-Haut et Terre-de-Bas -, peuplées de quelques 3.000 habitants et entourées de six îlets inhabités. Christophe Colomb leur a donné ce nom en l'honneur semble-t-il de la fête de la Toussaint.

Terre-de-Haut est dotée d'une magnifique baie, classée parmi les 3 plus belles du monde, et de nombreuses plages.

L'économie des Saintes est basée sur le tourisme et la pêche traditionnelle réputée dans toute la Caraïbe avec notamment sa charpenterie marine célèbre pour ses bateaux appelés "saintoises".

Petite Terre

A 20 km de Saint-François, Petite Terre est un archipel composé de deux îlots, Terre de Haut et Terre de Bas. Petite Terre est inhabitée, à l'exception d'une colonie d'iguanes et de nombreuses variétés d'oiseaux. En 1994, les îlets furent classés en réserve naturelle, la chasse et la pêche y sont donc interdites.

Le climat

Il est de type tropical maritime, tempéré par les vents venant de l'océan Atlantique (les Alizés). La régularité des températures contraste avec la variation pluviométrique. Cette dernière est un facteur important dans le climat de la Guadeloupe, composé de deux saisons : le carême, saison sèche de janvier à juin et l'hivernage, et la saison des pluies de juillet à décembre correspondant également à la période cyclonique.

La population

Terre de métissage, la Guadeloupe est caractérisée par une grande diversité ethnique : noir, métis, indien, européen, syrien, libanais.

Au 1er janvier 2003, la population était de 440.000 habitants, très inégalement répartis sur le territoire avec deux principaux pôles : l'agglomération pointoise et l'agglomération de Basse-Terre.

L'économie

L'économie de la Guadeloupe s'articule autour de deux piliers : le tourisme et l'agriculture, qui représentent chacun environ 10% de la valeur ajoutée et de l'emploi.

La capacité hôtelière est d'environ 8.400 chambres basées essentiellement en Grande-Terre.

Seul secteur exportateur, l'agriculture est dominée par deux filières : la canne et la banane. Cette dernière connaît de grandes difficultés liées aux changements des régimes d'aides européennes.

Le secteur public, le commerce et la distribution occupent également une place importante.

Sources : Orientations régionales de gestion de la faune et des habitats (ORGFH de la Guadeloupe)