+ de critères

 

Le bois, source d’énergie

Si l’énergie solaire a permis l’éclosion de la vie sur terre, la maîtrise du feu a fait faire un bond à l’espèce humaine. Le bois a été employé comme source d’énergie pour les activités quotidiennes et aux débuts de l’industrie. Raconter son histoire, c’est raconter l’histoire des civilisations.

Sans bois, pas de moulins

C’est de bois que sont fabriquées les pièces principales des moulins à eau et à vent qui fournissent l’énergie utilisée pour moudre des céréales, pour scier du bois, pour le… Plus sur: Sans bois, pas de moulins

Et si le bois était à l'origine de l'humanité ?

On peut le considérer, car les spécialistes s'accordent sur l'importance qu'a eu la maîtrise du feu dans l'évolution de l'espèce humaine. Actuellement la domestication du feu par l'homme n'est pas prouvée avant - 400000 ans et les sites archéologiques montrent une maîtrise qui se généralise entre - 250000 et - 350000 ans, soit plus de deux millions d'années après les premiers outils de pierre.

L'homme préhistorique découvre comment enflammer du bois en utilisant des systèmes par percussion avec un silex ou par friction de deux morceaux de bois. La maîtrise du feu entraîne alors un formidable développement de la société, comme l'a popularisé le film de Jean-Jacques Annaud, « La guerre du feu ».

L'homme est le seul être vivant à posséder cette faculté qui a inspiré des mythes dans toutes les cultures, tel celui de Prométhée chez les Grecs.

Un bond en avant pour la civilisation

Le chêne est reconnu comme le meilleur bois de chauffage
Le chêne est reconnu comme le meilleur bois de chauffage © Jean-Pierre Chasseau / ONF

La maîtrise du feu offre avant tout à l'homme une source d'énergie thermique pour se chauffer et cuisiner, mais aussi mieux conserver les aliments déshydratés ou fumés. Ses flammes protègent des prédateurs et permettent de rabattre le gibier.

Lances, sagaies, propulseurs et autres outils de bois sont durcis au feu.

Les activités s'organisent pour la collecte du bois et autour du foyer qui devient le cœur des communautés.

Le soir on profite de sa lumière quand, avant, l'obscurité empêchait toute activité.

En permettant de mieux résister au froid, la maîtrise du feu aurait également permis la conquête de nouveaux espaces et l'implantation de l'homme dans de nouvelles régions.

Le tournant de la fonte des métaux

Des outils sont aussi obtenus grâce au feu en faisant chauffer des pierres puis en les jetant à l'eau pour les faire éclater.

Les techniques des poteries et des céramiques marquent une évolution qui coïncide avec la sédentarisation et l'apparition de l'agriculture et de l'élevage.

La production métallurgique est un autre tournant qui entraîne de profonds changements socio-économiques avec l'or, l'argent, le cuivre, puis surtout le bronze et enfin le fer, qui précède l'entrée des civilisations dans l'histoire. En Europe continentale, c'est une technique qui influença considérablement la société.

Jusqu'au XVe siècle, les petits gisements de fer sont directement exploités sur place, en forêt, dans des fours temporaires. Le bois est transformé en charbon par cuisson à l'étouffée puis les gueuses de métal sont obtenues par fusion avec le minerai de fer. Des forges rustiques ont ensuite été construites.

De la même manière, les charbonniers vivent dans la forêt activement exploitée.

Du bois pour l’artisanat et l’industrie naissante

Le charbon de bois est encore fabriqué dans des fours à combustion lente
Le charbon de bois est encore fabriqué dans des fours à combustion lente © Alain André / ONF

A partir du XVIe siècle, le bois sert également aux verriers dont les premiers ateliers sont aussi installés sur place.

Leur matière première est le sable des sols qu'ils transforment grâce à de la chaux vive et à la potasse des cendres.

Les salines de sel gemme fonctionnaient également avec des chaudières alimentées au bois. Elles en ont consommé des quantités, jusqu'à parfois épuiser les réserves des environs, comme à Salins dans le Jura où l'eau salée a ensuite dû être acheminée jusqu'à la saline d'Arc-et-Senans, en lisière d'une forêt située à 20 km, par... des tuyaux de bois !

Le bois alimente également les tanneries, les briqueteries, les fours à chaux, les fours des potiers ou encore ceux de boulange utilisés par un quartier ou un village. 

Un combustible pour lequel on aménage le territoire

La première vocation de la forêt et de son bois reste toutefois de fournir du combustible pour les foyers domestiques.

Jusqu'à très récemment, le bois était le seul moyen de se chauffer. Les habitations furent longtemps réduites à une pièce autour de l'âtre. Le bois était prélevé dans les forêts avoisinantes selon des droits d'usage forestiers.

Dans les Vosges, par exemple, on mentionne dès le XIVe siècle le droit de couper du bois pour se chauffer et cuire les aliments. C'est le droit d'« affouage ».

Dans les villes, les bûches et les chargements de charbons de bois ou de terre affluaient convoyés par la route ou sur l'eau en trains flottés, sous forme de radeaux de troncs ou en bateaux.

Ce transport a entraîné des aménagements sur les fleuves dont on a régularisé les cours et que l'on a connecté entre eux par des canaux.

L'espace forestier a été délimité et les droits d'usage codifiés pour encadrer l'exploitation forestière. Les bois se sont spécialisés selon leur accessibilité et les possibilités de transport.

Un déclin au détriment d’autres énergies… avant le renouveau

Au XIXe siècle survient la révolution industrielle et la généralisation de l'emploi du charbon fossile (la houille) et du fer.

La coke se substitue au charbon de bois employé dans les premières machines à vapeur, notamment dans la métallurgie ou encore les premières locomotives.

Le lien de la forêt et de la forge est rompu, les centres métallurgiques sont déplacés vers les gisements miniers.

La sidérurgie au bois arrive en France à son plus haut niveau historique au milieu du XIXe siècle. Poêles et fourneaux sont désormais fabriqués de manière industrielle, puis le chauffage central à vapeur se généralise tout comme la cuisson au gaz.

L'utilisation du gaz se répand à partir de 1830 de l'éclairage public au chauffage, en passant par l'artisanat et l'industrie. La seconde révolution industrielle aura lieu à la fin du XIXe siècle avec l'invention de l'électricité et du moteur à explosion.

Pour autant, les habitations possèdent toujours leur cheminée et le bois reste largement utilisé pour le chauffage en dehors des villes. Aujourd'hui, on considère le bois sous le nouveau jour d'énergie renouvelable pleine de promesses.

Le bois énergie a encore un fabuleux avenir devant lui !

Ressources