+ de critères

 

Zoom La technologie au service de l'aménagement forestier

Pour optimiser la gestion du patrimoine forestier et mieux évaluer les ressources en bois, l’ONF expérimente de nouvelles méthodes d’inventaires qui font appel à des technologies de pointe. C’est le cas du LiDAR, un système de télédétection par laser aéroporté prometteur pour la gestion des forêts.

Illustration
© ONF

Obtenir, depuis le ciel, une représentation très précise du relief du sol et de la végétation forestière en 3 D : voici la prouesse rendue possible grâce à la technologie LiDAR (Light detection and ranging), une technique de télédétection par laser aéroporté qui permet d'obtenir des cartographies extrêmement précises à l'échelle d'un peuplement forestier telles que la hauteur des arbres, la surface ou le volume occupés. L'ONF, qui maîtrise déjà la modélisation de paramètres forestiers à partir de cette technologie, s'attache à intégrer ces méthodes dans la démarche d'inventaire et de description des parcelles forestières. L'objectif : mieux évaluer la ressource en bois et optimiser ainsi la gestion du patrimoine forestier.

Une innovation appliquée aux aménagements forestiers

Mobilisée dans cette démarche, Claire Bastik, membre de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) témoigne : "Le LiDAR permet aussi d'obtenir rapidement des informations à grande échelle, ce qui n'est pas toujours évident sur le terrain. Combiné à d'autres prédictions, il pourra donc, à l'avenir, permettre de gagner du temps et d'élaborer une cartographie précise de la forêt, très utile pour les aménagements forestiers." Mais avant de pouvoir transférer ces méthodes innovantes aux équipes opérationnelles, le département Recherche, développement et innovation (RDI) de l'ONF s'est engagé dans l'analyse de la plus-value de cette technologie en termes de résultats, de coûts/bénéfices, de compétences requises et de besoins matériels et organisationnels. À ce titre, plusieurs projets baptisés « projets démonstrateurs » ont été menés au sein d'aménagements forestiers sélectionnés pour leurs contextes variés.

Quatre expérimentations en cours

Le premier projet, mené dans le massif des Landes sur un territoire de pins maritime, a mis en évidence l'intérêt du LiDAR pour une meilleure connaissance du microrelief des dunes, de la fertilité des peuplements, ainsi que pour la programmation des coupes. Dans un contexte forestier plus complexe en Picardie, pour lequel les méthodes usuelles de modélisation donnent des résultats moins probants, le département RDI a mis au point une méthode innovante basée sur la détection des troncs. Les résultats positifs de ce premier essai ont ouvert des perspectives intéressantes susceptibles d'être évaluées sur d'autres sites. C'est le cas notamment en forêt domaniale d'Orléans qui présente des enjeux importants pour la connaissance de la fertilité et de la ressource en chêne. Situé en Maurienne dans un contexte d'exploitation difficile de zone de montagne (altitudes variables, résineux mélangés et hétérogènes, pente), le dernier projet démonstrateur permettra quant à lui d'évaluer la transposabilité d'une autre méthode développée en R & D. Ces nouvelles approches de modélisation,si elles font la preuve de leur intérêt, seront prochainement déployées sur d'autres sites.

Le LiDAR, comment ça marche ?

À la façon d'un scanner médical, le LiDAR permet d'obtenir une image en trois dimensions afin de réaliser une cartographie très précise de la végétation et des reliefs, même lorsque ces derniers sont cachés. Le principe est simple :un émetteur-récepteur de rayons laser balaye l'espace. Au contact d'un élément-sol, arbre - le rayon laser est renvoyé en direction du LiDAR. La position précise de chaque point du sol ou de la végétation rencontrée est ainsi calculée et enregistrée, avec une précision verticale et horizontale de l'ordre du décimètre.

 


L'ONF
Ressources