+ de critères

Une forêt accessible

75% des Français peuvent aller en forêt en moins d’une demi-heure. La plupart profitent de cette facilité puisque 71% s’y sont rendus au moins une fois en 2004. Les 1,7 millions d’ha de forêt domaniale et les 2,8 millions d’ha de forêts publiques appartenant aux communes ou départements sont, sauf exception, accessibles au public. Ce principe est édicté par la loi. Mais toutes les forêts ne sont pas naturellement faciles d’accès ou accueillantes sans un minimum d’aménagement et d’entretien.

Faciliter l’accès à la forêt pour tous

C'est tout un art d'organiser l'accueil pour tous dans le respect de l'esprit des lieux
C'est tout un art d'organiser l'accueil pour tous dans le respect de l'esprit des lieux © Anne-Marie Granet / ONF

La majorité des visiteurs vient en voiture. Leur rendre la forêt plus accessible consiste d'abord à les orienter dans leur trajet jusqu'à la forêt, améliorer la signalétique, organiser le stationnement. Pour les autres, faciliter l'accès à la forêt, ce sera créer des liaisons non motorisées depuis le centre-ville ou rendre possible l'accès en transports en commun. Ces améliorations peuvent être proposées par l'ONF dans le cadre d'une étude globale mais ne peuvent se réaliser sans une politique volontariste des collectivités.

Il faut aussi, en périphérie de la forêt, aménager des parkings bien dimensionnés, à proximité desquels un site d'accueil permet de se détendre ou pique-niquer.

Un réseau de chemins et sentiers en boucle, adaptés à différentes pratiques et à différents publics, permet de se promener ou de découvrir la forêt. L'accès pour les poussettes, personnes âgées ou personnes en fauteuil roulant est également de plus en plus souvent pris en compte.

Toutefois, si la majorité des visiteurs est plus rassurée en suivant un balisage, d'autres préfèrent organiser eux-mêmes leur parcours avec une carte et découvrir des lieux plus sauvages. Un zonage de la forêt permet de préserver des cœurs de forêt peu aménagés pour favoriser ce contact plus direct avec la nature.

Ces aménagements sont les plus discrets possibles afin de respecter l'esprit des lieux. C'est le sens de la politique forestière et c'est aussi le souhait des visiteurs qui viennent rechercher un espace de nature souhaité le plus... naturel possible !

Toutes ces initiatives sont coûteuses, qu'il s'agisse de l'installation des équipements ou de leur entretien. Un coût pour les collectivités, l'ONF dans le cas des forêts domaniales, et parfois d'autres partenaires, qui doivent donc s'impliquer dans la durée pour que ces projets voient le jour.

Parfois limiter l’accès, pour protéger la forêt et les visiteurs

Certains accès en forêt ont été temporairement interdit après les tempêtes de 1999
Certains accès en forêt ont été temporairement interdit après les tempêtes de 1999 © Anne-Marie Granet / ONF

La gestion de la forêt peut imposer de limiter voire d'interdire l'accès de certains secteurs, soit temporairement, soit de manière permanente. Une signalétique permet alors d'assurer l'information du public.

Ces limitations d'accès ne concernent toutefois, pour les visiteurs non motorisés, que quelques pourcents de la surface des forêts publiques qui est dans sa très grande majorité accessible à ceux qui veulent la parcourir.

Voici quelques exemples de limitations :

  • des « réserves biologiques intégrales » sont conservées sans aucune intervention humaine, afin que les scientifiques puissent étudier l'évolution naturelle de l'écosystème forestier. La fréquentation y est interdite pour raisons de sécurité, mais surtout pour éviter les perturbations d'origine humaine
  • des activités de gestion de la forêt, comme l'exploitation forestière ou la chasse, imposent des limitations temporaires d'accès. Une signalétique provisoire est installée à l'entrée des zones concernées
  • lors du renouvellement des vieux peuplements, des parcelles forestières peuvent être clôturées. Le plus souvent, c'est surtout pour éviter que cerfs ou chevreuils, trop nombreux, ne mangent les jeunes plants ; dans d'autres cas, c'est pour empêcher la destruction de la végétation au sol par le piétinement des visiteurs
  • dans certaines forêts méditerranéennes, des interdictions règlementaires d'accès en période estivale font partie intégrante de la prévention contre les risques d'incendie.
Ressources