+ de critères
 

 

Retour sur... Des rues de Paris en bois

Imaginez les Champs-Élysées pavés de bois ! Difficile à croire, pourtant ce fut bien le cas à partir de 1882. Même la place de la Concorde eut droit à son tapis de troncs débités. Le but était de réduire le bruit des sabots des chevaux sur la chaussée.

En 1930, près d'un million et demi de mètres carrés de rues de la capitale sont ainsi couverts en sapin du Nord, pin des Landes et bois exotiques. Coûteux, glissants et difficiles à entretenir, les pavés de bois furent progressivement remplacés à partir de 1905 et définitivement abandonnés après 1930. 

Maupassant, dans « La nuit », un texte publié en 1887, écrit : « Quelle heure était-il quand je repassais sous l'Arc de Triomphe ? Je ne sais pas. La ville s'endormait (...) Sur la chaussée à peine éclairée par les becs de gaz qui paraissaient mourants, une file de voitures de légumes allait aux Halles. Elles allaient lentement, chargées de carottes, de navets et de choux. Les conducteurs dormaient, invisibles ; les chevaux marchaient d'un pas égal, suivant la voiture précédente, sans bruit, sur le pavé de bois. »

On trouve encore quelques rares sols pavés de bois dans d'anciens ateliers parisiens.

Ressources