+ de critères

Marché du bois : point sur la conjoncture 2016

Des objectifs atteints en matière de volumes mis en vente, un équilibre délicat entre l’offre et la demande, un marché du chêne dynamique, des recettes proches de l’année précédente… retour sur les temps forts économiques de l’année.

Gestionnaire de près de 11 millions d'hectares de forêts publiques, dont 4,6 millions en métropole, l'ONF commercialise près de 40% des volumes de bois sur le marché français.

La valorisation de cette ressource renouvelable est au cœur des missions de l'Office qui, en 2016, a atteint ses objectifs de volume mis en vente avec un chiffre en progression par rapport à l'année 2015.

Au total, près de 15 millions de m3 ont été mis en vente en forêt publique, répondant ainsi aux demandes des trois secteurs de la filière que sont le bois d'œuvre, le bois industrie et le bois-énergie.

Un contexte économique encore incertain

Les ventes de bois conduites par l'ONF en 2016 se sont inscrites dans un contexte économique encore morose pour les bois résineux destinés à la construction, même si la demande enfin d'année a semblé se raffermir.

Sur le marché du hêtre, la demande en grumes de qualités inférieures, traditionnellement destinées à l'export ou au bois de chauffage, a fortement diminué pour aboutir à l'automne à des taux d'invendus importants dans certaines régions et des prix en baisse de 10%.

La demande en petits bois (taillis et houppiers), notamment feuillus, est par ailleurs toujours très faible. Deux hivers cléments successifs ont augmenté les stocks des professionnels du bois bûche et des producteurs de granulés, avec pour conséquence un impact négatif sur la demande en grumes et en produits connexes de scierie destinés à ces usages. Une situation de mévente qui a engendré une saturation des parcs à bois des usines. Si la demande des industriels s'est avérée meilleure au cours de l'année, la situation du bois-énergie restait, jusqu'en fin d'année, difficile.

 

Illustration
© ONF

Chiffres clés en 2016

  •  Volumes de bois désignés :

 14 Mm3, répartis en 6,1 Mm3 pour les forêts domaniales et 7,9 Mm3 pour les forêts des collectivités.

  •   Volumes bois mis en vente :

15,2 Mm3, dont 6,5 Mm3 en forêts domaniales et 8,7 Mm3 en forêtsdes collectivités, soit au niveau des objectifs du COP pour 2020, facilité par le report d'invendus de 2015.

  • Volumes de bois récoltés dans les forêts publiques :

13,1 millions de Mm3.

  • Volumes vendus en forêts publiques métropolitaines :

 11,8 Mm3, dont 5,6 Mm3 issus des forêts domaniales et 6,2 Mm3 issus des forêts des collectivités. À ces volumes s'ajoute 1,3 Mm3 au titre de l'affouage (en forte baisse).

 


Ressources