+ de critères

 

Une forêt de production qui préserve la mémoire des combats de 1917

Entièrement rasée lors de la Première Guerre mondiale, la forêt de Vimy porte toujours les traces des combats qui ont dévasté les crêtes de l’Artois en 1917. Malgré un sol profondément bouleversé, le Frêne s’est spontanément réimplanté. Ce lieu de mémoire est aussi un espace de nature et de détente qui compte dans le paysage.

La forêt est fermée au public depuis le 15 septembre 2016

Le frêne est actuellement victime d'une maladie provoquée par un champignon parasitaire dénommé "chalarose". Arrivée il y a moins de 10 ans en provenance d'Europe orientale, cette maladie entraîne un dépérissement rapide des arbres avec des risques de chute de branches et de rupture.

Le dépérissement avancé constaté dans certains massifs forestiers à forte densité de frênes a conduit l'ONF à fermer au public depuis le 15 septembre 2016 quatre forêts domaniales du Pas-de-Calais (Boulogne, Desvres, Hardelot et Vimy) et une forêt domaniale du Nord (Nieppe).

> La forêt dans son territoire

Illustration
© ONF

A mi-chemin de Lens et d'Arras, la forêt domaniale de Vimy souligne de son feston boisé l'extrémité orientale des crêtes de l'Artois. Cette situation géographique particulière explique que ce lieu ait été le théâtre d'intenses combats durant la Grande Guerre, avec des conséquences sur l'état des boisements encore visibles aujourd'hui.

La production de bois est un enjeu important, surtout sur le plateau où la fertilité des sols est propice au Frêne. Cette essence a spontanément colonisé le site après les profonds bouleversements du sol causés par les tirs d'obus.

Située dans une région peu boisée et très urbanisée, la forêt de Vimy joue un rôle important dans la trame verte et bleue du département du Pas-de-Calais. C'est aussi un lieu très fréquenté par les habitants des agglomérations voisines. La présence au nord de la forêt d'un important mémorial canadien attire de nombreux visiteurs étrangers.

> Les forestiers en action

Alors que le plateau sommital de la forêt est géré en futaie régulière, la crête nord-est et la bordure visible depuis le mémorial canadien présentent un fort enjeu paysager. Leur sylviculture en futaie irrégulière permet de maintenir en permanence le couvert forestier. À l'intérieur du massif, les coupes et les lisières bordant la route canadienne (D 55) et la route forestière du Train de Loos sont organisées afin de limiter l'impact visuel des exploitations. L'essence objectif est le Frêne, ou le Hêtre lorsqu'il présente une meilleure capacité de régénération naturelle.

Toutefois, aujourd'hui, le dépérissement massif du frêne (chalarose) oblige les forestiers à des coupes très importantes qui bouleversent les paysages. Si les dégâts liés à la chalarose du Frêne restent importants au cours des années à venir, les orientations de gestion prévues à l'aménagement forestier pourront être revues.

Pour privilégier la biodiversité, les forestiers privilégient le mélange d'essences dans les peuplements, la protection des sols les plus fragiles, le maintien d'arbres morts ou creux pouvant accueillir oiseaux, chauves-souris et insectes. Des passages pour la faune ont été aménagés pour éviter le cloisonnement de la forêt après la réalisation de la déviation de la RN 17. Et pour redonner à la forêt son caractère naturel, les équipements d'accueil du public sont réduits au minimum.

> Les forestiers vous recommandent

Si la forêt de Vimy offre un cadre privilégié pour la promenade et la détente, c'est avant tout un lieu de mémoire. Restes de tranchées et de blockhaus, trous d'obus et de sapes dans le sol, ruines de fermes détruites, jalonnent les sous-bois et rappellent les combats de la Première Guerre mondiale.

Le mémorial canadien, avec le parc commémoratif associé, est un site incontournable de recueillement et de pédagogie. Cette ouvrage a été élevé en 1936 en mémoire des soldats canadiens tués lors du conflit. La forêt de Vimy abrite également en parcelle 13 un monument en l'honneur de la troisième division canadienne. Au-dessus de Vimy, un petit cimetière militaire britannique est accolé à la lisière.

Le sentier de la Vignette, boucle de randonnée aménagée entre Vimy et Givenchy-en-Gohelle, permet de découvrir les lieux et leur tragique histoire.

  • Situation : département du Pas-de-Calais, sur les communes de Neuville-Saint-Vaast, Thélus et Vimy
  • Altitude : de 72 à 145 m
  • Surface : 185 ha
  • Principales essences : Frêne (36%), Hêtre (28%), Érable (17%) Chêne (7%), autres feuillus et résineux (2%)
  • Aménagement forestier : durée de 20 ans, de 2014 à 2033.
Ressources