+ de critères

Un haut lieu de mémoire en constante évolution

Profondément bouleversée par la guerre 14-18, la forêt de Verdun renferme de nombreux vestiges qui invitent au souvenir et au recueillement. Classée Natura 2000, elle abrite aussi une étonnante biodiversité, signe que la nature a peu à peu repris ses droits. Les traces du conflit, encore intactes sous l'écrin forestier, apportent une impression unique de paix et d'immensité.

> Une forêt créée au lendemain de la guerre

Des 8 villages et des forêts (30% de la surface) qui formaient le paysage de ce secteur agricole des Côtes de Meuse, il ne reste que des ruines au lendemain de la Première Guerre mondiale. 60 millions d’obus y ont été tirés et on y trouve 20 à 30 tonnes de ferraille par hectare...

Conformément à la loi du 17 avril 1919 sur la réparation des dommages de guerre, l'Etat rachète les terres devenues dangereuses et impropres à toute sorte de culture.

L'ensemble est remis à l'administration des Eaux et Forêts pour être reboisé. Il va peu à peu reprendre vie : les forêts d'avant-guerre se réinstallent d’elles-mêmes et, de 1927 à 1934, des plantations de résineux sont réalisées.

Un village détruit sous le couvert forestier enneigé
© Philippe Lacroix / ONF

> Une mosaïque de peuplements

Les essences résineuses choisies au lendemain de la guerre pour le reboisement (Pin noir d'Autriche et Pin sylvestre sur les sols secs, Epicéa sur les sols argileux), si elles ont permis la reconstitution rapide des sols, se sont toutefois révélées peu adaptées au milieu.

Aujourd'hui, la forêt domaniale est constituée d'une mosaïque de peuplements et de types de végétation car les peuplements résineux sont, à partir de 1973, peu à peu remplacés par des feuillus - le Hêtre notamment - qui correspondent mieux aux conditions écologiques de la région.

En forêt de Verdun, le promeneur constate donc une évolution progressive du paysage, en lien avec, à la fois la dynamique des peuplements accompagnée par l'action du forestier, et les coupes nécessaires au renouvellement des peuplements résineux.

Les jeunes peuplements feuillus (à gauche) succèdent aux pins noirs
Les jeunes peuplements feuillus (à gauche) succèdent aux pins noirs © Anne-Marie Granet / ONF

> Un riche patrimoine historique

Haut lieu d'histoire et de mémoire, la forêt domaniale de Verdun renferme de nombreux vestiges et monuments commémoratifs de la bataille de 1916.

Un patrimoine historique inestimable dont la protection et l'entretien sont assurés par les forestiers ou les acteurs concernés.

> Une biodiversité foisonnante

Illustration
© Marie Jacquinet

Les bombardements ont profondément perturbé les sols, à tel point que ces traumatismes sont encore visibles aujourd'hui.

Mais le territoire s'est rapidement reconstruit, et la forêt est aujourd'hui intégrée au réseau des sites Natura 2000.

La préservation de ses milieux naturels et de son étonnante biodiversité est au cœur de l'aménagement forestier.

> Une forêt labellisée Forêt d'Exception®

Le label Forêt d'Exception distingue un projet territorial rassemblant des acteurs locaux engagés dans une démarche d'excellence autour d'un patrimoine aux valeurs particulièrement affirmées.
Forêt d’Exception® Verdun s’inscrit dans un projet plus global centré à la fois sur les patrimoines de la Grande Guerre et sur le Centenaire. Les valeurs portées au protocole d’accord signé en octobre 2011 constituent un ancrage fort et la Forêt d’Exception apparaît comme structurante pour le contrat de destination phare "Verdun Meuse terre d’histoire". Elle est aussi un élément essentiel du  dossier d’inscription au Patrimoine mondial de l’humanité (Unesco). Labellisée par la mission du centenaire la Forêt d’Exception s’intègre à la politique mémorielle nationale.

Le label Forêt d’Exception a été attribué à Verdun le 20 juin 2014.

Ressources