+ de critères

 

Des peuplements et des arbres remarquables

De nombreux peuplements et arbres remarquables incarnent l'identité et la valeur de la forêt. Ils témoignent de l'histoire sylvicole du massif et du lien ancestral entre l'homme et la forêt.

Illustration
© Philippe Lacroix / ONF

> La futaie Colbert

La futaie Colbert constitue un écosystème rare
La futaie Colbert constitue un écosystème rare © Philippe Lacroix / ONF

Cette parcelle de 13 ha abrite de nombreux chênes tricentenaires nés au début du XVIIIe siècle et maintenant sénescents. La visite de cette cathédrale végétale s'impose !

Classée Réserve biologique, la futaie Colbert fait l'objet de nombreuses études sur les espèces inféodées aux très vieux bois ou sur la longévité des arbres.

Un successeur à Colbert...

La futaie de Buffévent (du nom de l'inspecteur forestier à Tronçais au XIXe siècle et rédacteur du premier aménagement moderne de cette forêt), située au rond de Richebourg, va progressivement succéder à la futaie Colbert comme témoin de l’histoire.

Ses peuplements, âgés de 200 ans et parmi les plus beaux de Tronçais, seront conservés jusqu'à un âge avancé et des aménagements seront progressivement réalisés pour accueillir le public.

Cette parcelle est issue d'un semis artificiel de chêne sur un terrain cédé par Nicolas Rambourg en échange d'un autre terrain sur lequel il a installé ses forges.

> D'autres peuplements historiques

Les futaies de la Grande Vente (22 ha) ont été appelées ainsi car elles sont issues des jeunes pousses qui se sont installées naturellement après une grande coupe de bois de marine réalisée entre 1794 et 1802.

> Des chênes remarquables

D'autres chênes, répartis dans la forêt, ont été jugés remarquables, notamment :

  • La Sentinelle, près du rond de Richebourg. Il aurait montré sa première feuille vers... 1580 !
  • Les Jumeaux, deux chênes sessiles nés de la même souche dans les années 1640.
  • Le chêne carré (près du rond de Viljot) : surnommé autrefois "la Tour Eiffel" à cause de la forme parallélépipédique de la base de son tronc, il daterait de 1630.
  • Le chêne de la Résistance (anciennement chêne Maréchal Pétain) : il fut rebaptisé clandestinement en 1944 par trois bûcherons "Chêne Gabriel Péri" avant qu'on le baptise officiellement chêne de la Résistance.
  • Le chêne Stebbing II : réputé être le plus bel arbre exploitable de la forêt, il mesure 4,60 m de circonférence. Son nom rend hommage à cet ancien directeur de l’école forestière d’Edimbourg qui séjournait chaque année en forêt de Tronçais en compagnie de quelques-uns de ses élèves, au début du XXe siècle.


Ces arbres, recensés dans la base de données nationale de l'ONF, font l’objet d’un suivi précis et de travaux appropriés. En plus de leur fonction paysagère et culturelle, ils répondent à des besoins écologiques car ils abritent des insectes, mousses, lichens et champignons spécifiques.

Plusieurs d'entre eux sont classés "Arbres remarquables de France".

Ressources