+ de critères

 

Faune, flore, biodiversité

Les cervidés

Hautement renommée pour ses chênaies, Tronçais abrite des populations très nombreuses de grande faune (Cerf élaphe, Chevreuil et Sanglier). Afin de ne pas compromettre le renouvellement des peuplements et la diversité végétale, l'ONF cherche à maintenir un bon équilibre forêt-gibier.

L'évolution des effectifs est suivie attentivement. La population de grands cervidés est suivie grâce à l’indice nocturne, qui consiste à compter les animaux vus le long de parcours répétés chaque année.

Graphique représentant l'évolution du nombre de cervidés sur 30 ans à partir des comptages au phare annuels
Depuis 30 ans, les comptages au phare annuels permettent de suivre l’évolution du nombre de cervidés et d’adapter les demandes de plan de chasse © ONF

  • Une étude a été menée en 2006

Réalisée en 2006, l'étude du Cemagref (devenu Irstea) sur l'évaluation et la capacité d'accueil des cervidés à Tronçais tient compte de deux facteurs importants pour l'accueil des cervidés : les disponibilités alimentaires hivernales et le refuge (protection naturelle contre les intempéries et le dérangement). 

Pour en savoir plus

  • Etude du Cemagref (devenu Irstea) réalisée en 2006 Fichier PDF
    Suite au bilan réalisé en 2006, cette synthèse présente les résultats obtenus quant à la capacité d’accueil du massif de Tronçais. Elle se conclut par des recommandations relatives à la gestion du milieu forestier et de la population de Cerf.

Les chiroptères

La forêt domaniale de Tronçais est un site majeur pour l'observation des chiroptères.

On y dénombre 21 espèces dont des populations importantes de Grand murin et de Vespertillon de Natterer. Des études sont fréquemment réalisées : écoutes au détecteur d'ultrasons, soirées de capture, opérations d'inventaire et de localisation des gîtes diurnes des espèces arboricoles, contrôles des nichoirs et des aqueducs...

Les chauves-souris sont régulièrement étudiées par l'association Chauve-souris Auvergne, en partenariat avec l'ONF.

Pour en savoir plus

Les coléoptères

Riche en vieux bois et bois sénescents, Tronçais abrite une très importante population de coléoptères.

600 espèces sont recensées dont le Lucane cerf-volant, le Grand Capricorne, l'Osmoderme et le Taupin violacé.

 

 

 

 

 

 

 

 

L'avifaune

Plus de 90 espèces sont recensées de manière régulière à Tronçais dont 7 espèces nicheuses de rapaces, 7 espèces de picidés et la présence épisodique de la Cigogne noire.

Les rapaces sont suivis depuis 1981 par le groupe Rapaces Nord Allier et la Ligue de protection des oiseaux d'Auvergne. Une synthèse a été publiée en 2004 dans la revue Nos oiseaux (n° 476 - Volume 51 / 2. juin 2004).

Pour en savoir plus

La petite faune

Dans le cadre de l'Année de la biodiversité en 2010, un inventaire d'envergure de la petite faune en forêt de Tronçais a été conduit par des chiroptérologues, des ornithologues et des entomologistes.

Retrouvez ci-contre un reportage en images réalisé au cours d'une de ces journées. 

 

 

 

 

 

 

 

Le site Natura 2000

Le site Natura 2000 n° FR 830 1021 Forêt de Tronçais couvre 1.145 ha répartis sur 7 communes. L'ONF en est la structure animatrice.

Il est constitué à 95% par la forêt domaniale de Tronçais et comprend cinq étangs intraforestiers (Morat, Pirot, Saloup, Saint-Bonnet et Tronçais) avec leur ceinture forestière et deux ensembles forestiers : la Corne de Valigny (348 ha) et le secteur de la Bouteille (520 ha).

Le document d'objectifs et de gestion, la cartographie, la note de synthèse et la charte sont téléchargeables par le lien ci-dessous.

Les réserves biologiques font partie du site Natura 2000

  • La futaie Colbert

D'abord classée comme série artistique pour son intérêt historique et paysager, dans les années 1940, la futaie Colbert est devenue réserve biologique en 1975, sur 13 ha, en considération de son intérêt exceptionnel pour les espèces liées aux vieux arbres.

C'est un des très hauts lieux de l'entomologie forestière en France.

 

  • La Réserve biologique intégrale (RBI) de Nantigny 

Créée en 2004, la Réserve biologique intégrale (RBI) de Nantigny est représentative de la diversité des habitats naturels de la forêt de Tronçais : chênaie sessiliflore-hêtraie, chênaie pédonculaie-charmaie, petites ripisylves et aulnaies marécageuses.

Elle a été créée pour suivre les processus d’évolution naturelle des écosystèmes forestiers et pour la conservation des espèces associées préférentiellement aux vieux peuplements (insectes et champignons saproxyliques, chauves-souris et oiseaux cavernicoles...), en complémentarité avec la futaie Colbert, les îlots de vieux bois et "arbres bio".

98 ha de forêt sont soustraits aux exploitations, de façon définitive. Toutefois, en l'absence de prédateurs naturels, les ongulés continuent d'être régulés par la chasse pour éviter des déséquilibres préjudiciables aux processus dynamiques naturels (blocage de la régénération forestière par surconsommation des jeunes arbres).

Ressources