+ de critères

 

Entretenir la forêt, produire du bois

La forêt domaniale de Meudon fait l'objet, depuis très longtemps, d'une exploitation régulière du bois à l'occasion des coupes.

Les coupes et travaux sont organisés par l'aménagement forestier

L'aménagement forestier de Meudon prévoit le détail des coupes (localisation, nature...) par année. Les arbres à récolter sont choisis par les forestiers en fonction des objectifs assignés à chaque parcelle. Une fois désignés sur le terrain (martelage), ils sont vendus pour approvisionner les entreprises de la filière bois.

Des exploitants forestiers se chargent des coupes en appliquant des règles précises imposées par l'ONF.

Des billes de bois de part et d'autre d'un chemin en forêt au bord d'une coupe
Vous pourrez rencontrer en semaine les bûcherons au travail, ou constater le week-end le résultat de leur intervention © Nathalie Petrel / ONF

Les chantiers sont signalés sur le terrain et la prudence s'impose à proximité à cause des dangers liés à l'abattage des arbres. Une exploitation forestière dure en moyenne deux ans et la remise en état des lieux est toujours réalisée.

L'aménagement prévoit aussi les travaux sylvicoles : après les coupes, les équipes d'ouvriers forestiers aident les semis et plants à lutter contre la concurrence des broussailles, favorisent le mélange entre espèces, élaguent ou dépressent les jeunes tiges...

Ces travaux se succèdent pendant 20 ans environ. Puis 10 à 20 ans s'écouleront encore avant les premières coupes d'éclaircie. 

Le contexte urbain est pris en compte

La programmation des coupes dans le temps et l'espace, privilégie la préservation de paysages et d'ambiances diversifiés. Le contexte urbain de Meudon nécessite une sylviculture particulièrement fine : mélange d'essences, régénération par petites unités, attention particulière portée aux lisières, maintien d'arbres à forte valeur esthétique...

Certaines coupes vont modifier durablement l’aspect des lieux. Des mesures paysagères accompagnent alors leur mise en œuvre.

L'environnement très urbanisé et la fréquentation de la forêt imposent aussi des clauses strictes lors des coupes : mesures de sécurité, durée du chantier raccourcie, enlèvement des bois et mise en dépôt en dehors des zones sensibles, remise en état des chemins... 

Illustration
Lors du renouvellement de la forêt, son aspect change. Ici, un panneau informe le public des évolutions attendues dans les années à venir © Nathalie Petrel / ONF

Les utilisations du bois sont nombreuses

Les grumes de chênes ou de châtaigniers sont sciées pour fabriquer des charpentes ou du mobilier.

Les bois plus petits sont utilisés pour faire du parquet. Une partie sert aussi comme bois énergie ou matière première pour l'industrie (papier, panneaux...).

Faire face à l'imprévu

La tempête de décembre 1999 a touché la forêt de façon différente suivant les secteurs : regroupés par trouées ou répartis dans les peuplements, de nombreux arbres ont été déracinés ou cassés.

Les forestiers ont dû faire face : assurer en urgence la sécurité du public, exploiter les arbres abattus puis reconstituer les zones les plus touchées. 27.000 m3 de chablis ont ainsi été exploités, soit l'équivalent de 9 années de récolte. Et l'aménagement forestier a dû être révisé par anticipation.

Ressources