+ de critères

 

Un lieu emblématique de la guerre souterraine

La forêt de la Haute Chevauchée a été profondément bouleversée par la Première Guerre mondiale, avec un réseau dense de tranchées, des millions d’obus tirés et des tonnes de ferraille restées dans le sol… Classée en "zone rouge", elle a été rachetée en partie par l’Etat grâce à la loi du 17 avril 1919 sur la réparation des dommages de guerre. Confiée à l’administration des Eaux et Forêts et reboisée, elle s’est peu à peu reconstituée. L’ensemble de la forêt est domanial depuis 1982.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© ONF

Située sur les départements de la Meuse et de la Marne, en Argonne, la forêt domaniale de la Haute Chevauchée s’étend sur plus de 1.000 ha.

Elle est composée principalement de chênes, de hêtres, et d’épicéas issus des opérations de reboisement d’après-guerre. Elle porte encore les stigmates du conflit qui a eu lieu il y a 100 ans (sols bosselés par les trous d’obus, vestiges de tranchées et de tunnels…) tout en affichant une grande diversité biologique, preuve que la nature y a repris ses droits.

Son climat, entre influences continentale et atlantique, et son relief marqué (succession de plateaux, versants et fonds de vallons encaissés) expliquent la présence d’espèces floristiques variées : bruyère cendrée, myrtille, sureau à grappes, alisiers… On y trouve des grands mammifères (chevreuil, sanglier), des batraciens, des chauves-souris (Grand Rhinolophe, Vespertilion de Bechstein)…

Très fréquenté, ce haut lieu de mémoire accueille chaque année des dizaines de milliers de touristes, s’ajoutant aux visiteurs locaux qui viennent y pratiquer leurs loisirs (promenade, VTT…). 

> Les forestiers en action

L’enjeu majeur pour les forestiers est de réussir à concilier la gestion sylvicole avec la préservation et la mise en valeur des vestiges historiques, pour conserver la mémoire des événements et l’esprit des lieux.

La régénération des parcelles arrivées à maturité, l’entretien des jeunes peuplements et la reconstitution des trouées suite à la tempête de 1999 figurent parmi les actions prioritaires pour assurer l’avenir de la forêt. Sur le long terme, les forestiers transforment progressivement en feuillus les zones résineuses issues des reboisements d’après-guerre. Ils réduisent aussi la présence du Hêtre, sensible aux évolutions climatiques à venir.

La futaie régulière est privilégiée, hormis dans les zones les plus fréquentées où la futaie irrégulière permet d’assurer la permanence d’un paysage boisé. Dans la zone de mémoire, les résineux sont maintenus pour conserver l'aspect solennel du site.

Les galeries, vestiges des équipements militaires, sont préservées car elles constituent un habitat privilégié pour les chauves-souris. Avec la diversité des essences, le maintien de bois mort sur pied et la constitution d’îlots de vieillissement, elles sont à l’origine d’une riche biodiversité.

> Les forestiers vous recommandent

Empruntez l’un des sentiers balisés de la Haute Chevauchée et plongez dans l’histoire de la Grande Guerre.

La boucle historique est jalonnée de panneaux explicatifs et dresse un aperçu de la guerre des mines. Elle vous mènera au Kaiser Tunnel, un impressionnant tunnel allemand classé Monument historique. 

> Pour en savoir plus

  • Situation : départements de la Meuse et de la Marne, sur les communes de Vienne-le-Château, Boureuilles et Lachalade
  • Altitude : de 140 à 271 m
  • Surface : 1.056 ha
  • Principales essences : Chênes sessile et pédonculé (33%), Hêtre (15%), Erables (4%), Frêne (3%), Fruitiers (1%), Charme et autres feuillus durs (10%), Feuillus tendres (8%), Peupliers (< 1%), Épicéas (19%), Douglas (5 %), Sapins (2%), Mélèzes et pins sylvestre (< 1%) 
  • Aménagement forestier : de 2012 à 2026.
reseaux sociaux https://fr-fr.facebook.com/OfficeNationalDesForets https://www.instagram.com/officenationaldesforets https://www.linkedin.com/company/office-national-des-forets https://twitter.com/ONF_Officiel https://www.youtube.com/channel/UCsOa1UNusr_ral-kjcuNEqw
Ressources