+ de critères

 

Une forêt marquée par l’histoire aux portes de Bar-le-Duc

La forêt du Haut-Juré entretient depuis des siècles des rapports étroits avec la ville de Bar-le-Duc. Hier placée sous la juridiction protectrice du duc de Bar, aujourd’hui espace de détente pour les habitants de l’agglomération, elle n’en reste pas moins une forêt de production gérée avec attention pour la qualité de ses bois, en particulier le Chêne sessile.

> La forêt dans son territoire

Illustration
© Jean-Marc Brézard / ONF

La forêt domaniale du Haut-Juré s’étend sur le plateau calcaire du Barrois, qui domine la ville de Bar-le-Duc et la vallée de l’Ornain. Malgré un relief peu marqué, les limons déposés par l’érosion dans les combes et sur les versants forment un sol très fertile. Certaines parcelles présentent de ce fait d’excellentes potentialités forestières.

La nature des sols, la diversité des essences et l’imbrication de zones arborées et plus ouvertes, offrent des conditions favorables à de nombreuses espèces végétales et animales. On trouve notamment des plantes de pelouses calcaires telles que des orchidées et des gentianes, ainsi que de nombreux oiseaux (Pic noir), petits rongeurs (Loir gris, Muscardin) et mammifères (Blaireau, Chat forestier, Chevreuil, Sanglier...).

La fréquentation touristique de la forêt remonte au XIXe siècle. Les larges "tranchées" rectilignes ouvertes vers 1850 ont rapidement attiré les habitants de Bar-le-Duc, sensibles à l’ambiance paysagère des lieux. Plus récemment, en 1969, un secteur à vocation d’accueil du public a été identifié au nord de la forêt et aménagé avec des parkings, des aires de jeux, un arboretum, des sentiers.

Le 26 décembre 1999, l’ouragan Lothar a provoqué d’importants chablis (arbres déracinés ou cassés). La quasi-totalité de la forêt a été touchée avec des taux de dégâts pouvant dépasser 70% du volume de bois, soit globalement l’équivalent de onze années de récolte !

> Les forestiers en action

La gestion sylvicole en futaie régulière s’attache au rajeunissement des peuplements. Les surfaces détruites par l’ouragan sont traitées en futaie irrégulière par régénération naturelle et localement par plantation de résineux. L’essence privilégiée est le Chêne sessile, mais le Hêtre est également bien adapté.

La biodiversité est une préoccupation permanente des forestiers. Elle est favorisée par le mélange d’essences variées et par le maintien d’arbustes et de taillis au pied des grands arbres, ces derniers étant suffisamment espacés pour laisser la lumière traverser. Ces pratiques renforcent le caractère pittoresque de certains secteurs maintenus en taillis sous futaie, très appréciés des photographes et des peintres. C’est le cas le long de la route forestière du Fond de l’Enfer, au nord-est de la forêt. Des arbres creux ou morts, recherchés par la petite faune (oiseaux, chauves-souris, insectes...) sont volontairement laissés sur place.

Les forestiers cherchent aussi à améliorer les conditions d’accueil du public, y compris des chasseurs, en partenariat avec la communauté d’agglomération Bar-le-Duc Sud Meuse avec laquelle une réflexion d’ensemble a été lancée. Ils prévoient une remise en état des chaussées empierrées dégradées. Ce travail de longue haleine s’est concrétisé en 2015 par la réfection de la tranchée de Bazincourt, qui traverse la forêt du Nord au Sud, pour le plus grand bonheur des promeneurs.

> Les forestiers vous recommandent

Les nombreuses tranchées qui sillonnent la forêt sont autant d’invitations à la découverte et à la balade sportive et familiale, à pied, à VTT ou à cheval. Elles sont empruntées par plusieurs itinéraires, dont le GR 714 et des circuits de randonnée aménagés en boucle et réalisables en une demi-journée (circuits des Trois Bois et du Haut-Juré).

Plusieurs aires de pique-nique et de jeux (Croix rouge) sont à votre disposition ainsi qu’un parcours de santé et un arboretum.

La ville de Bar-le-Duc est une cité Renaissance qui possède un patrimoine historique et architectural remarquable. De nombreux vestiges témoignent du temps où la forêt du Haut-Juré appartenait au duc de Bar et était soumise à une réglementation spéciale. La justice locale avait alors pour fonction de gérer les conflits d’usage et de récolter le produit des ventes de bois issus de la forêt, d’où le nom de Haut-Juré en lien avec cette juridiction spéciale.

> Pour en savoir plus

  • Situation : département de La Meuse (55) sur les communes de Bar-le-Duc, Montplonne, Bazincourt, Savonnières-devant-Bar, Brillon-en-Barrois
  • Altitude : de 220 à 300 m
  • Surface : 1.441 ha
  • Principales essences : Hêtre (50%), chênes (25%), Erable sycomore (10%), autres feuillus (14%), résineux (1%)
  • Aménagement forestier : durée de 12 ans, de 2005 à 2016.
reseaux sociaux https://fr-fr.facebook.com/OfficeNationalDesForets https://www.instagram.com/officenationaldesforets https://www.linkedin.com/company/office-national-des-forets https://twitter.com/ONF_Officiel https://www.youtube.com/channel/UCsOa1UNusr_ral-kjcuNEqw
Ressources