+ de critères

 

L’eau, l’homme et la forêt

La forêt du Der est devenue domaniale après avoir été acquise par l’Etat en 1918. Ce massif de 3.600 ha a ensuite été amputé de 1.100 ha pour créer le second plus vaste lac artificiel d’Europe, destiné à la régulation des eaux du bassin de la Seine.

> La forêt dans son territoire

La forêt du Der se situe sur les terres argileuses mais fertiles de la Champagne humide : le relief y est peu marqué et les eaux ne s’infiltrent pas
La forêt du Der se situe sur les terres argileuses mais fertiles de la Champagne humide : le relief y est peu marqué et les eaux ne s’infiltrent pas © Anne-Marie Granet / ONF

La forêt du Der se situe sur les terres argileuses mais fertiles de la Champagne humide : le relief y est peu marqué et les eaux ne s’infiltrent pas.

Cette forêt témoigne de la diversité des besoins sociaux qui ont marqué son histoire. Grâce au flottage des bois sur la Marne, elle a participé au développement de la capitale en fournissant du bois pour le chauffage comme pour la construction. Localement, elle fournissait le bois nécessaire au fonctionnement des forges et hauts fourneaux qui utilisaient le minerai de fer abondant dans le sous-sol.

> Les forestiers en action

Les forestiers cherchent à produire du chêne de haute qualité. Ils s’attachent aussi à valoriser les milieux écologiques remarquables, très favorables à l’avifaune, et à préserver la qualité des paysages.

En raison des lourds dégâts de la tempête de 1999, les forestiers doivent faire face, sur des sols très fragiles, à une forêt brutalement rajeunie. Les épisodes de sécheresse estivale récents, notamment en 2003, imposent aussi de renouveler de nombreux peuplements de chênes dépérissants.

> Les forestiers vous recommandent

Eaux et forêts forment un ensemble d’exception, à l’origine d’un nouvel essor touristique. En parcourant à vélo la voie verte du tour du lac, longue de 38 km, vous profiterez de la richesse de ces paysages. Vous pourrez aussi apprécier les villages alentours avec leurs églises à pans de bois et leurs maisons à colombages.

Enfin, l'observation des oiseaux, notamment lors des grands rassemblements d'automne, assure la réputation des lieux auprès des ornithologues et de tous les amoureux de nature.

> Pour en savoir plus

  • Situation : département de la Haute-Marne, sur les communes de Eclaron-Braucourt-Sainte-Livière, Frampas et Louvemont
  • Altitude : entre 128 m et 185 m
  • Surface : 2.502 ha
  • Principales essences : chênes sessile et pédonculé 90% ; autres feuillus 9% ; résineux 1%
  • Aménagement forestier : durée de 12 ans, de 2005 à 2016.
Ressources