+ de critères
 

 

Entretien avec... Christophe Aubel, directeur général de l'Agence française pour la biodiversité

« Cette convention avec l'ONF est le signe d’une collaboration forte et fructueuse »

Le 24 octobre 2017, l’ONF et la nouvelle Agence France Biodiversité ont signé un nouveau partenariat, établi sur cinq ans. L’enjeu : mettre en commun les connaissances et techniques au service de la protection et de la reconquête de la biodiversité dans les forêts françaises. Christophe Aubel, directeur général de l’AFB, revient sur la genèse et les objectifs de ce partenariat.
Illustration
© Jean-Francois Damois

Pourquoi établir un partenariat entre l’ONF et l’AFB ? Quels sont les enjeux de cette signature ?

L’Agence française pour la biodiversité(AFB) qui existe depuis maintenant presque un an, a été créée sur demande sociétale, traduisant une montée en puissance des enjeux biodiversité, mais témoignant aussi de la nécessité d’aller plus loin. Les indicateurs d’état de la biodiversité sont tous au rouge et l’AFB a conscience qu’elle ne peut pas agir seule : c’est en effet l’ensemble de la société qui doit se mobiliser si l‘on veut faire face à l’enjeu. Nous voulons construire une agence cœur de réseaux, et non tête de réseaux car nous ne cherchons pas le leadership mais la coopération. Parmi ces coopérations, celles avec la sphère Etat sont une évidence, et c’est ce qui se passe aujourd’hui avec ce grand et bel établissement qu’est l’ONF.

Ce partenariat est important car la forêt française est un des lieux de résilience de la biodiversité : la forêt est également le symbole même de ce qu’il faut réussir à faire dans nos sociétés, concilier activités humaines et préservation de la biodiversité. La signature aujourd'hui de cette convention est j’en suis sûr le signe d'une collaboration à venir forte et fructueuse.

Comment la coopération entre l’AFB et l’Office va-t-elle s’organiser ?

L’AFB et l’ONF ont en commun des enjeux et des caractéristiques d’établissements, ce qui va permettre de mutualiser les compétences et de s’enrichir des expériences des uns des autres. En termes d’organisation, un comité d’orientation des milieux terrestres va être créé afin que les différents thèmes de la convention signée trouvent matière à se traduire dans des axes stratégiques et que chacun puisse apporter son regard et son expertise. Par ailleurs, l’AFB siège au sein de plusieurs instances de l’ONF pour permettre la meilleure synergie possible entre les deux établissements.

Les coopérations concernant nos équipes de terrain dans l’ensemble de la France, en charge notamment de missions de police de la nature, pourront se développer via des formations communes. L’AFB et l’ONF ont également une culture partagée de l’ingénierie au service d’une gestion territoriale respectueuse du patrimoine naturel : les réseaux d’expertise naturaliste de l’ONF, en particulier pour les milieux terrestres et notamment forestiers, sont pour nous des partenaires précieux, pour contribuer ensemble à l'objectif du système d'information sur la biodiversité.

Enfin, la Loi biodiversité a confié à l’AFB la mission de gestion d’aires protégées, qui implique le développement des coopérations entre différentes familles de gestionnaires d’aires protégées : l’AFB et l’ONF vont ainsi développer ces synergies au service de la protection et de la reconquête de la biodiversité.

Quelle vision portez-vous sur le travail mené par l’Office national des forêts en matière de protection de la biodiversité ?

L’un des enjeux de l’AFB est de faire face aux enjeux de protection et de restauration de la biodiversité ordinaire, partout sur le territoire : pour ce qui est des milieux forestiers gérés par l’ONF, des outils internes comme l’« instruction pour la prise en compte de la biodiversité dans la gestion courante des forêts publiques » traduisent une volonté que je souhaite saluer d’infléchir les comportements des gestionnaires de terrain vers des pratiques vertueuses, en lien avec la trame verte et bleue : îlots de vieillissement, de sénescence, mise en place d’une trame de vieux bois à conserver…                                                                                                                                                     

Je n’oublie pas que l’ONF est lui-même gestionnaire d’aires protégées, avec les divers statuts de réserves biologiques forestières qu’il met en place, par son importante implication comme opérateur Natura 2000 ou pour s’être vu confier la gestion d’aires protégées relevant de statuts nationaux non spécifiquement forestiers. C’est à ce titre que l’ONF est présente au sein de la Conférence des aires protégées mise en place par l’AFB, où son apport et son expérience de terrain sur les milieux forestiers et les stratégies de conservation de la biodiversité forestière seront précieux.

L’idée de ce partenariat est de pouvoir aller plus loin que l’existant, ensemble !

 


L'ONF
Ressources