+ de critères
 

 

3 questions à... Dominique Jarlier : « Pour un opérateur unique de la gestion forestière »

Dominique Jarlier, président de la FNCOFOR : « Nous prévoyons d'aller sur le terrain dès 2017, lors d'un "COFOR-ONF tour", pour expliquer étape par étape et à tous les échelons, les implications de cette nouvelle charte. »

Dominique Jarlier, président de la FNCOFOR
Dominique Jarlier, président de la FNCOFOR © ONF

Comment définiriez-vous la charte de la forêt communale ?

Précis, pédagogique, ce document établit les rôles et les interventions des élus forestiers et des personnels de l'ONF en forêt communale, en distinguant les missions de l'Office relevant du régime forestier de celles relevant de conventions avec les collectivités. Il permet de répondre de manière opérationnelle aux objectifs du Contrat d'objectifs et de performance signé avec l'Etat et l'ONF. Au-delà du texte, il s'agit d'un outil de mise en œuvre d'une politique commune qu'il faudra être en mesure de présenter de manière pédagogique dans des territoires aux problématiques très diverses. La signature de cette charte ne réglera pas toutes les questions. C'est pourquoi nous prévoyons d'aller dès 2017 sur le terrain, lors d'un « COFOR-ONF tour », pour expliquer, étape par étape et à tous les échelons,les implications de cette nouvelle charte.

Comment cette nouvelle charte a-t-elle été construite ?

Elle est le fruit d'un véritable travail partenarial. A la FNCOFOR, l'ensemble du bureau a été associé, mais également tous les élus du conseil d'administration. Les discussions ont été riches et intenses. Je tiens à souligner la qualité du travail conduit par les agents de l'Office national des forêts, avec lesquels les échanges ont été permanents. Nous souhaitions que l'établissement s'engage, et nous avons trouvé en face de nous une équipe avec qui nous avons pu débattre de tous les sujets. Cela se traduit aujourd'hui dans la rédaction de cette charte. Je me réjouis de voir également que pour la première fois, le projet d'établissement de l'ONF exprime par écrit la nécessité d'un partenariat étroit et d'une relation stable et respectueuse des communes. Nous avons eu des discussions et nous en aurons encore. C'est ce qui forge la qualité de la relation de confiance entre nos deux institutions.

Comment analysez-vous le binôme élu-technicien forestier territorial ?

Tout d'abord, je tiens à préciser que nous tenons très fortement à la présence d'un opérateur unique sur le territoire, et à un véritable service public de la forêt. La demande des élus vis-à-vis de l'ONF est connue, reconnue et appréciée. Il importe également que ces élus prennent conscience que si l'ONF est notre prestataire, on ne peut pas pour autant lui demander n'importe quoi. Quel type d'aménagement choisir ? Quel mode de vente retenir ? C'est à l'élu qu'il revient de prendre ces décisions concernant la gestion de sa forêt, et ce, en étroite concertation avec les experts que sont les forestiers de l'ONF.

Ressources