+ de critères
 

actu Gérer durablement le Vallon de l'Hermitière : le travail du Comité scientifique progresse !
13/06/18 Sarthe

Associés depuis 2016, naturalistes locaux (SNE, SCIRPE, CPIE...), techniciens forestiers territoriaux et experts naturalistes nationaux de l’ONF ont constitué un Comité scientifique Bercé Forêt d'Exception avec pour objectif d’assurer la régénération du Vallon de l'Hermitière tout en protégeant la biodiversité exceptionnelle dont le site permet l’expression.

Chaque coupe de régénération dans le Vallon fait l’objet d’études d’impact approfondies depuis le lancement du Comité scientifque Bercé Forêt d’Exception.
Chaque coupe de régénération dans le Vallon fait l’objet d’études d’impact approfondies depuis le lancement du Comité scientifque Bercé Forêt d’Exception. © ONF
  • Maintenir à long-terme la forêt et ses paysages

Pour que les générations futures admirent, elles aussi, les chênes majestueux en forêt domaniale de Bercé, il nous faut penser à très long-terme et accepter que ces arbres fassent office de semencier pour laisser la place aux plus jeunes.

Préparer l’avenir de ces derniers implique de miser sur les arbres présents actuellement sur site.

Les arbres du Vallon de l’Hermitière ne seront pas éternels et sont à leur optimum pour se reproduire et fournir des glandées efficientes. Agés de 180 à 210 ans, ceux-ci doivent laisser peu à peu la place aux plus jeunes. La technique de la régénération naturelle est ici essentielle et permet surtout de maintenir le capital génétique en place et de préserver des chênes adaptés aux conditions spécifiques du vallon.

  • Réussir le pari de la régénération naturelle

Convaincus de la nécessité d’entamer le renouvellement de ces peuplements anciens, naturalistes et forestiers se sont associés pour contrôler les conditions de cette régénération. Il s’agissait de bâtir une stratégie de renouvellement par voie de semis naturels garantissant le maintien sur pied des arbres les plus exceptionnels de la parcelle : des coupes par petits bouquets de régénération, étalés sur plusieurs dizaines d’années, sont programmées, en toute transparence avec les naturalistes locaux. Ces coupes diffuses sur l’ensemble du vallon vont limiter les impacts sur la faune et la flore et permettre des percées essentielles à la germination des glands – la forêt de demain.

  • Etudes et inventaires

Un large inventaire des espèces présentes a été réalisé. Il sera mis à jour régulièrement afin d’ajuster les techniques sylvicoles au fil des coupes. Il permet de savoir quels espaces exploitent les espèces à protéger et de mettre en place des mesures d’accompagnement : maintien des corridors écologiques, programmation des coupes hors saison de nidification, etc.

Le Comité scientifique s’est d’ores et déjà réunit 4 fois depuis fin 2016. La dernière réunion en date du 5 février dernier a permis de présenter les résultats des nombreuses études menées (Flore et Habitats - Mammifères) après l’exploitation du premier bouquet d’arbres en 2017 et d’organiser les campagnes de prospection communes de l’année.

En 2017, 90 jours d’études des chauves-souris ont été menés et financés par l’ONF ainsi que deux passages sur le suivi des lichens, en mars et en juillet 2017. D’avril  à septembre 2018, le Vallon de l’Hermitière est une nouvelle fois observé par les naturalistes locaux et experts ONF afin de compléter les connaissances sur la biodiversité environnante et vérifier notamment les trajectoires empruntées par les chiroptères.

  • Pour le réseau Mammifères :

Suivi 2018 : 110 jours pour les chiroptères, en 4 passages, dont un premier passage déjà réalisé en février et en juin

  • Pour le réseau Habitat / Flore :

Suivi 2018 : 1 passage pour les lichens en avril puis travail d’identification en laboratoire


Forêt d'Exception®
Ressources