+ de critères

 

A VTT : à la découverte

Croiser les nouveaux 'cavaliers' de la forêt est de plus en plus fréquent. Calé sur les pédales, casqué et souvent crotté ou couvert de poussière, le vététitste reste à hauteur d’homme. Découverte de ce sport nature en quelques verbes et avec du souffle…

Parcourir

Une flaque d'eau est une bonne occasion de se rafraîchir les mollets !
Une flaque d'eau est une bonne occasion de se rafraîchir les mollets ! © Pierre Cadiran / ONF

Rouler à VTT est un loisir sportif qui implique souplesse et endurance. Les pratiquants aiment découvrir des environnements naturels au cours d'une sortie en solitaire ou en groupe.

Les vététistes pratiquent en majorité sur des chemins variés et traversent des paysages et des reliefs renouvelés, théâtres d'évasion où les points de vue ne manquent pas. Des itinéraires aux difficultés variées souvent dictées par le dénivelé et le nombre de kilomètres.

Ressentir

Caillouteux, boueux, sablonneux, chaque type de chemin suppose de la part du vététiste des qualités physiques particulières. Toutes les articulations (épaules, hanches, genoux, chevilles) sont sollicitées à tour de rôle.

Il est important d'écouter son corps, ses muscles et ses sensations, d'alterner les positions de pédalage assis et en danseuse, de rester coordonné et souple dans ses mouvements. Il s'agit aussi de préserver son équilibre en anticipant en permanence les difficultés qui peuvent se présenter.

Rencontrer

Partir en VTT, c'est croiser d'autres passionnés du vélo nature, partager ses émotions avec des randonneurs débutants, expérimentés ou amateurs de versions plus extrêmes.

Partout en France, des rassemblements sont organisés sous forme de balades, rallyes ou raids. C'est aussi échanger des pratiques, des conseils sur le matériel, des itinéraires à parcourir, et affiner un peu plus chaque jour sa technique.

Des moments de sensation et de plaisir qui se partagent en toute convivialité en famille, entre amis ou dans un cadre associatif.

S’adapter

La pratique du VTT suppose une capacité d'adaptation permanente.

Adaptation au terrain rencontré, en particulier lorsque l'itinéraire n'est pas connu : adapter la vitesse, éviter les obstacles et les dangers rencontrés, être particulièrement prudent dans les sites fréquentés, ce qui suppose d'anticiper le plus possible et d'avoir une bonne réactivité.

Adaptation aux capacités physiques : le choix de l'itinéraire influe sur le dénivelé ; la gestion de l'effort et de la respiration permet de tenir le rythme jusqu'au bout en fonction du relief.

Une bonne adaptation comprend aussi l'échauffement et la récupération.

Ressources