+ de critères

 

Bûcheron : fort utile

Côté matériel

Il n'est pas nécessaire d'avoir une grande lame de coupe pour couper de gros arbres, mais l'affûtage de la chaîne doit avoir été bien fait
Il n'est pas nécessaire d'avoir une grande lame de coupe pour couper de gros arbres, mais l'affûtage de la chaîne doit avoir été bien fait

Le bûcheron connaît bien son matériel, le respecte et l'entretient. Par exemple sa tronçonneuse, dont il prend soin en l'affûtant régulièrement.

Il utilise aussi la hache en complément, le merlin pour enfoncer les coins, la serpe pour le petit bois.

Pour l'ébranchage, le bûcheron préfère une tronçonneuse plus légère.

Des coins et un câble complètent sa boîte à outils.

Le câble est utilisé avec un treuil lorsque l'utilisation des coins n'est pas suffisante pour ré-orienter la direction de chute.

Côté technique

Le bûcheron maîtrise les techniques d'abattage et les règles de sécurité. En observant chaque arbre dans le détail, il cherche à anticiper le plus possible ses réactions. Les arbres penchés, écroués ou les chablis sont des cas plus délicats.

Si une bonne condition physique est nécessaire, une bonne maîtrise technique lui permet aussi de s'économiser, en particulier en adoptant des postures et des attitudes ergonomiques.

Côté sécurité

Le matériel est très important : une tenue de sécurité spécifique (pantalon et veste en fibres particulières qui stoppent la chaîne de la tronçonneuse), des chaussures à bouts renforcés, un casque avec visière, des protections anti-bruit, une paire de gants.

Mais le savoir-faire l'est tout autant : il permet d'agir avec le maximum de sécurité en anticipant les réactions de l'arbre, en respectant le déroulé de l'abattage. C'est d'autant plus important dans le cas de chablis et d'arbres encroués, car les fibres du bois subissent des contraintes anormales difficiles à détecter pour un néophyte.

Ressources