+ de critères

 

Le triton crêté ou l’artifice de la séduction

Statut de l’espèce

Le triton crêté est présent dans le centre et la partie nord de la France mais il est en régression.

En cause, principalement la disparition de son habitat et des lieux de… Plus sur: Statut de l’espèce

Comment séduire une femelle ?

Le triton crêté a choisi de porter avec ostentation une crête qui court le long de son dos et de sa queue.

Petit amphibien de l'ordre des Urodèles, c'est-à-dire pourvu d'une queue, le triton crêté appartient à la famille des Salamandridés.

Petit amphibien, mais grand triton, le triton crêté peut atteindre 18 cm pour les femelles et 14 cm pour les mâles.

Il est doté d'une peau verruqueuse très caractéristique.

Sa tête est aussi longue que large, tandis que son corps se prolonge d'une queue assez longue, aplatie latéralement.

De couleur brune ou grisâtre, son corps est paré de taches noirâtres, tandis que son ventre s'orne d'un jaune d'or ou d'un orange, et des mêmes taches noires. La tête et les flancs sont piquetés de blanc.

Habitant des mares

Ne fait-il pas penser à un dinosaure en modèle réduit ?
Ne fait-il pas penser à un dinosaure en modèle réduit ? © Jean Michel Douche / ONF

On le trouve principalement dans des zones bocagères avec prairies et plus occasionnellement dans des carrières abandonnées, des zones marécageuses, des mares dunaires.

Il est également connu en milieu forestier. Les mares demeurent toutefois son habitat de prédilection.

Elles doivent être vastes, relativement profondes (entre 0,5 et 1m), pourvues d'une abondante végétation et bien ensoleillées. Pour qu'il puisse y accéder, elles doivent présenter des berges en pente douce.

Un animal qui hiberne

D'octobre à mars, le triton crêté hiverne dans des galeries du sol, sous des pierres ou des souches.

Il entre alors en vie ralentie et se nourrit peu.

Leur régime comprend des petits mollusques, des vers, des  larves d'insectes voire de têtards d'anoures récemment éclos. 

Retour à la mare d’origine

Le printemps venu, la période aquatique commence : c'est le moment de la reproduction.

Le mâle dont la queue est rayée d'une bande latérale nacrée très visible, est le premier à entrer dans l'eau. En général, il retourne dans la mare qui l'a vu naître ou dans une située à une centaine de mètres maximum.

La femelle est dépourvue de crête et de cette bande latérale caudale. Elle ne présente pas non plus de taches noires sur le dos et les flancs.

Une fois dans l'eau, le mâle repère le lieu idéal pour séduire la belle.

Pour ce faire, il entame une danse nuptiale spectaculaire : il se place devant elle, incurvant son corps comme un arc. Il se met alors à onduler, pour mettre en valeur sa crête déployée. Si l'entreprise de séduction semble avoir marché, le mâle dépose alors un paquet de semence, un spermatophore, sur le fond de la mare.

La femelle s'en approche de façon à ce que les lèvres de son cloaque le captent. Elle conservera la semence dans une poche interne.

C'est dans l'eau que se passe la nuit de noce ! Chacun sa lune de miel
C'est dans l'eau que se passe la nuit de noce ! Chacun sa lune de miel © Yvan Orecchioni / ONF

Des œufs aux têtards carnivores

En mai, la femelle pond de 200 à 300 œufs fécondés, les enveloppant avec ses pattes postérieures dans des feuilles de plantes aquatiques.

Pendant la période de reproduction, les tritons passent la journée le plus souvent en eau profonde, cachés parmi les plantes aquatiques.

La nuit, ils se déplacent lentement au fond de l'eau, dans des zones peu profondes. S'ils se sentent menacés, ils gagnent des profondeurs plus importantes.

Après 15 jours de développement embryonnaire, les jeunes larves jaunâtres débutent leur vie aquatique. Carnivores, elles se nourrissent de larves planctoniques au début, puis de copépodes, de larves d'insectes et de vers.

Rapidement, en trois ou quatre mois, elles atteignent 8 à 10 cm, une taille importante comparée aux larves des autres tritons. La perte progressive des branchies, élément majeure de la métamorphose, les conduit à rejoindre la terre ferme.

La maturité sexuelle intervient vers deux-trois ans et leur durée de vie avoisine les 10 ans en plaine, un peu plus en altitude.

A lire aussi sur onf.fr

Ressources