+ de critères
 

A découvrir Le plus grand lézard de France réapparaît en Vendée

Disparu des radars forestiers depuis les années 80, le lézard ocellé a été vu en mars dernier en forêt domaniale du Pays de Monts (Vendée). Plus qu’un individu isolé, les forestiers du réseau herpétofaune de l’ONF révèlent l’existence d’une population cachée.

Illustration
Le lézard ocellé, pouvant atteindre jusqu’à 70 cm de longueur, vit dans les milieux secs et broussailleux, tels que les pelouses calcicoles et les dunes littorales. © Cédric Baudran / ONF

21 mars, dans la matinée. Vincent Boissonneau, membre du réseau Avifaune de l'ONF, effectue un suivi ornithologique sur le massif du Pays de Monts quand il fait une belle et surprenante découverte. Sous une « plaque refuge », utilisée par les reptiles pour la thermorégulation, il aperçoit une femelle de lézard ocellé endormie par le froid. « Et des lézards de cette taille-là, explique le naturaliste, on n'en voit jamais ! J'ai rapidement réalisé l'importance de cette découverte

La dernière apparition du lézard ocellé remonte aux années 80 en forêt domaniale d'Olonne (Pays de la Loire). Une trouvaille d'autant plus inespérée pour cet animal classé vulnérable dans la liste des espèces menacées de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

L’hypothèse d’une population confirmée

Vincent Boissoneau signale immédiatement sa découverte au réseau herpétofaune de l'ONF, dédié à l'étude des reptiles et amphibiens. Déployés sur le terrain, les naturalistes cherchent à savoir s'il s'agit d'un individu isolé ou d'une population jusqu'à présent passée inaperçue en secteur dunaire. Après quatre mois de suivi mené à proximité de la femelle découverte par Vincent Boissonneau, les forestiers révèlent l'existence de deux femelles, d'un mâle et d'un lézard ocellé juvénile sur un secteur de près de trois hectares.

Le saviez-vous ?

Le destin du lézard ocellé en milieu dunaire est lié à celui du lapin de garennes. Il en est dépendant, car il utilise son terrier comme abri. Le déclin des populations de lapin de garennes est donc un facteur de régression du lézard ocellé sur le territoire. En 2019, le réseau prévoit la mise en œuvre de mesures de protection des lapins de garenne, notamment contre les chiens divagants dans les milieux dunaires.

 

Pourquoi cette découverte est-elle importante ?

Illustration
Michael Ricordel, chef de projet environnement à l'ONF, effectue un suivi de reptiles en forêt domaniale du Gâvre (44). © Cédric Baudran / ONF

Si le lézard ocellé est bel est bien présent en France, c'est essentiellement sur le pourtour méditerranéen ainsi que sur le sud de la façade atlantique. La station la plus au nord de l'aire de répartition du lézard ocellé se trouve sur l'île d'Oléron. « Cette découverte modifie les aires de répartition du lézard ocellé. On note une progression de 80 à 100 km au nord de son aire connue , c'est considérable », explique Mickael Ricordel, chef de projet environnement à l'ONF.

En France, l'espèce fait l'objet d'un Plan National d'Action (PNA) lancé par le Ministère de l'Ecologie. « À cause du changement climatique, de l'urbanisation et de l'augmentation d'infrastructures infranchissables pour les amphibiens et autres reptiles, les habitats favorables à ces espèces sont bouleversés. Les populations ont moins de possibilité de se déplacer via les corridors écologiques et les populations deviennent de plus en plus fragiles », poursuit le chef de projet.

Illustration
Carte de répartition du lézard ocellé - Inventaire National du Patrimoine naturel (INPN) © INPN

Dans les mois à venir, le réseau herpétofaune et les forestiers de l'ONF tâcheront d'étendre les recherches dans la forêt domaniale du Pays de Monts mais aussi dans la forêt domaniale d'Olonne. Avec l'ambition de définir une cartographie précise des aires de répartition du lézard ocellé entre Oléron (Charente maritime) et Noirmoutier (Vendée).

A la recherche du lézard ocellé

Les actions menées par le réseau herpétofaune entre mars et juin 2018 ont consisté à :

• surveiller la zone d'étude aux jumelles et à la longue-vue pour détecter d'autres individus de lézard ocellé ou d'autres indices de présence (traces, fécès, mues...)

• photographier chaque individu observé pour une identification unique

• géolocaliser les garennes (terriers de lapin) au nord et au sud du secteur pour les suivis ultérieurs, en repérant d'éventuels indices de présence de l'espèce.


L'ONF
Ressources