+ de critères

Interview Jean-Yves Le Gall, président du CNES : "Faciliter l'utilisation de données d'observation de la Terre pour la gestion des forêts."

Le Centre national d'études spatiales (CNES) et l'Office national des forêts ont signé ce mercredi 5 décembre une nouvelle convention-cadre pour une durée de cinq ans. Jean-Yves le Gall, président du CNES, revient sur les principaux enjeux de ce partenariat.

Y-a-t-il déjà eu des collaborations entre le CNES et l'ONF ? Si oui, dans quels domaines et quel bilan faites-vous des premiers partenariats engagés ?

Plusieurs rencontres et ateliers ont eu lieu entre le CNES et l'ONF autour de la question du développement de l'usage des données spatiales en adéquation avec les missions et les besoins de l'ONF. De ces échanges fructueux, sont nées des premières collaborations notamment autour des incendies de forêts.

Ainsi, l'ONF a pu expérimenter avec l'aide du CNES l'utilisation d'images à très haute résolution spatiale du satellite Pléiades pour l'évaluation de dégâts de tempêtes sur des grands massifs forestiers.

De ces premiers partenariats concluants et convaincus de l'utilité du spatial et de l'importance des outils de télédétection dans des domaines tels que la forêt et la biodiversité, nos deux organismes ont naturellement décidé de continuer le chemin ensemble.

Quel est l'enjeu de cette convention-cadre pour le CNES ?

Comme vous le savez, le CNES conduit une politique de partenariat ambitieuse et promeut l'utilisation des techniques spatiales pour répondre à des problématiques sociétales, notamment dans les domaines de la gestion de l'environnement, du changement climatique, de la prévention des risques et de la gestion des crises.

L'enjeu est de poursuivre et renforcer les échanges collaboratifs entre nos deux organismes afin de faciliter et améliorer l'utilisation de données d'observation de la Terre par l'ONF, tant dans ses activités de recherche-développement-innovation que dans ses activités opérationnelles.

Les deux établissements prévoient diverses modalités de coopération, allant de l'échange d'informations sur les données et leurs utilisations, à la réalisation conjointe d'études ou d'expérimentations, ou encore des actions de démonstrations ou de communication. Par ailleurs, le CNES apportera son expertise en matière de technologies spatiales et solutions spatiales ainsi que sa connaissance des réseaux d‘acteurs dans le domaine de l'usage des données spatiales pour aider l'ONF dans la réalisation de ses projets. Mais le CNES sera aussi à l'écoute de retours d'expérience de l'ONF afin de continuer à apporter des solutions spatiales toujours plus innovantes et performantes répondant aux besoins des utilisateurs. 

Quels apports peut-on attendre des données d'observation de la Terre dans les métiers de l'ONF : gestion des forêts, risques naturels, préservation de l'environnement... ?

Les missions de l'ONF nécessitent de recueillir ou de disposer d'informations décrivant le milieu forestier et son environnement, de caractériser les risques et les aléas, d'en évaluer l'impact en permettant d'effectuer un suivi des milieux forestiers. Les observations spatiales combinées aux observations in situ et aux simulations numériques, permettent de comprendre, surveiller et prévoir l'état de notre planète. En permettant de détecter, caractériser, évaluer les types, états et changements de notre environnement dont fait partie l'écosystème forestier, les données d'observation de la Terre contribuent à :

• dresser des inventaires forestiers préalables aux aménagements forestiers : carte d'essences, inventaires et cartes de variables dendrométriques,
• établir une évaluation rapide des dégâts en cas de tempêtes,
• cartographier les incendies et leur sévérité, ainsi que la combustibilité de la végétation
• cartographier et suivre l'évolution de la végétation dunaire,
• détecter des dépôts d'avalanches.


L'ONF pourra aussi s'appuyer sur le programme KALIDEOS du CNES (https://www.kalideos.fr/) et sur le pôle de données et de services des surfaces continentales THEIA (http://www.theia-land.fr/).

Quelles seront les premières actions ou expérimentations menées dans le cadre de cette convention-cadre ? Y en-a-t-il une qui vous tient particulièrement à cœur ?

Avec l'ONF, nous avons d'ores et déjà identifié plusieurs axes de coopération autour de thèmes tels que :

la gestion durable forestière : aménagement forestier et gestion, caractérisation et suivi des milieux forestiers et naturels (y compris aléa « tempête » impactant le domaine forestier),

la prévention et gestion des risques d'incendies : caractérisation de la végétation (combustibilité), des interfaces forêt-urbanisme, cartographie des incendies et de leur sévérité, analyse de l'impact des incendies,• la gestion durable des milieux littoraux : caractérisation et suivi des habitats littoraux, gestion et impact des aléas en zone littorale (tempête, submersion), évolution du trait de côte, mouvements dunaires,

la prévention des risques naturels en zone de montagne : connaissance des aléas et des risques (chutes de blocs, glissements de terrain, crues torrentielles), surveillance des ouvrages de protection et du manteau neigeux.et pour lesquels une première liste d'activités potentielles a déjà été dressée par nos deux organismes.
 

On peut retenir un domaine phare : la gestion des risques naturels...

Le service DFCI (Défense des Forêts contre les Incendies) de l'ONF utilise déjà depuis plusieurs années des images de satellites pour des applications opérationnelles (notamment Sentinel-2 du programme européen Copernicus) : il utilise systématiquement les images de satellites pour l'évaluation des contours de feux et de leur sévérité. La collaboration avec le CNES vise à renforcer ces actions, en apportant par exemple une expertise supplémentaire sur les images de satellites radar.

Par ailleurs l'ONF a déjà pu expérimenter avec l'aide du CNES l'utilisation d'images à fine résolution du satellite Pléiades pour l'évaluation de dégâts de tempêtes sur des grands massifs forestiers. D'autres utilisations des données spatiales sont également envisagées dans le domaine des risques en montagne.

 


L'ONF
Ressources