+ de critères

actu Démolition du Blockhaus de Grand-Pointe en dunes domaniales d’Olonne-sur-Mer : la sécurité avant tout !
02/03/18 Pays-de-la-Loire (Vendée), à Olonne-sur-Mer

Devenu dangereux pour le public et la stabilité de la dune, le bunker de Grand-Pointe, en forêt domaniale d’Olonne, devait être démoli. Chose faite grâce à un travail conjoint de la commune, des services de l’Etat et de l’ONF, gestionnaire de cette forêt et des dunes domaniales d’Olonne.

Les travaux ont débuté en février. Financés à 50% par l’Etat et à 40% par la commune d’Olonne-sur-Mer pour la démolition du gros œuvre, la renaturation du site sera prise en charge par l’ONF dans le cadre de la mission d’intérêt général (MIG) Dunes financé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Retour sur cette opération atypique...

Le blockhaus de Grand-Pointe représentait de plus en plus de risque pour la population...
Le blockhaus de Grand-Pointe représentait de plus en plus de risque pour la population... © Xavier Pagnoux / ONF
  • Assurer la sécurité de tous

Ce vestige, similaire aux nombreux blockhaus présents sur nos côtes, commençait depuis plusieurs années à représenter un réel risque pour la population. L’érosion de la dune domaniale à cet endroit entrainait l’ouvrage vers la plage au rythme d’environ 1 m par an. A certains endroits, les fondations du bunker mises à nu encourageaient les plagistes et les promeneurs à s’y abriter par temps de pluie ou de fortes chaleurs. Plusieurs mesures de sécurité avaient été prises depuis mais la situation exigeait une décision plus radicale avant le basculement final de l’édifice.

Parallèlement, les fortes houles qui touchaient la côte lors des évènements marins importants  provoquaient des effets de bords dévastateurs de part et d’autre du bunker, accentuant ainsi l’érosion dunaire et les mouvements du sable. Avant travaux, plusieurs contrôles effectués par la sécurité civile ont permis la mise à jour d’environ 10 obus qui ont été détruits sur place par explosion.

  • Plantes protégées

Les experts naturalistes de l’ONF réalisent chaque année des inventaires sur les dunes domaniales afin de répertorier les espèces présentes dans les différents milieux dunaires. Les techniciens forestiers et ouvriers locaux détiennent également de nombreuses connaissances pour repérer et inventorier la flore dunaire présente sur leurs sites respectifs. C’est ainsi qu’un pied de Diotis Maritime – Achillea Maritima, espèce protégée au niveau régional, avait été identifié à proximité du bunker de Grande-Pointe. L’ONF s’est chargé de déplacer et de replanter le pied à proximité avant le début des opérations.

  • Devoir de mémoire

Quelques parties des parois en béton portaient des inscriptions, des dates, ou encore des noms d’officiers de l’époque... La Direction régionale des affaires culturelles des Pays-de-la-Loire (Drac) s’est chargée de récupérer ces témoignages historiques pour les analyser, les conserver précieusement et les exposer.

  • Une démolition éclair

Démoli en moins de 4 jours à l’aide d’un brise-roche hydraulique le blockhaus de Grand-Pointe n’est plus et les gravats vont maintenant être évacués… La destruction du vestige de guerre aura été beaucoup plus vite que prévu, en effet, le béton bien qu’en apparence solide s’est avéré de très mauvaise qualité avec des concentrations en ciment assez faible. Le chantier au final aura été 6 fois plus rapide que ce qu’avaient prévu le maitre d’œuvre et les chauffeurs d’engins.

Le chemin de la Grand-Pointe ainsi que les alentours du chantier reste fermé à la circulation pendant les travaux. L’ONF veillera très rapidement, une fois l’opération terminée, à ce que la dune reprenne progressivement ses droits en redessinant un profil aérodynamique et en favorisant la réimplantation de la végétation par la couverture de branchages pour limiter l’érosion éolienne et des plantations si besoin.


ONF Centre-Ouest-Aquitaine
Ressources