+ de critères

A la découverte #UnAutomneEnForêt - Épisode 5 : la chasse

La saison automnale marque le retour de la chasse au sein des forêts domaniales gérées par l’ONF. La gestion de la faune sauvage fait en effet partie intégrante de la gestion forestière. Elle permet de maintenir un juste équilibre entre faune et flore. On vous en dit plus dans ce 5e épisode de la saga #UnAutomneEnForêt.

Illustration
© ONF

Maintenir l'équilibre forêt-gibier

Chaque année, près de 100 000 chasseurs arpentent les forêts domaniales gérées par l'ONF. Ensemble, chasseurs et forestiers tentent de parvenir à ce qu'on appelle l'équilibre forêt-gibier ou l'équilibre sylvo-cynégétique. Il s'agit de veiller à ce que les populations de gibier restent maitrisées afin d'éviter qu'elles ne mangent toutes les jeunes pousses d'arbres et ne mettent en danger le renouvellement de la forêt. Pour atteindre cet équilibre, les chasses organisées dans les forêts de l'ONF répondent à une réglementation stricte.

Une pratique encadrée

En forêt domaniale, la chasse peut s’organiser de deux façons :

  • En baux de chasse

Le chasseur qui bénéficie d’un bail devient locataire d’un lot de chasse en forêt domaniale, souvent pour une durée de 12 ans. En échange, il doit respecter les consignes de l’ONF en ne chassant que les espèces autorisées, dans les limites autorisées. Pour contrôler le respect de ces consignes, chaque animal tué est muni d’un bracelet unique permettant de l’identifier. Le non-respect de ces consignes donne lieu à une verbalisation.

  • En licence
La licence de chasse répond elle aussi à des critères de chasse très précis. Elle peut être accordée que pour une journée ou plus, au maximum jusqu’à un an. Organisée, dirigée ou guidée, la licence de chasse peut s’exercer de différentes façons mais implique systématiquement l’ONF, qu’il s’agisse d’organiser la journée de chasse ou d’accompagner les chasseurs sur le terrain, grâce à des guides de chasse ONF.

Chasser pour protéger l'écosystème forestier

Illustration
© Thi Anh Hien

La chasse est aussi un acte de gestion forestière. Dans la région Grand-Est, par exemple, la forte concentration de cervidés menace la phase de régénération des forêts. Sur le terrain, cela se traduit par une réduction, voir disparition, de certaines espèces végétales – graines et jeunes pousses d’arbres – consommées par le grand gibier. Une situation difficile à percevoir pour le grand public, mais qui inquiète de plus en plus les forestiers. En effet, dans ces forêts où le renouvellement des espèces forestières ne se fait plus, c’est bien la gestion durable de la forêt qui est compromise. Actuellement, sur 34% de la surface des forêts domaniales, il est constaté que le renouvellement de la forêt n'est pas jugé satisfaisant.

D’autres types de dégâts sont également constatés :

- Chaque année, les cerfs et chevreuils mâle frottent leur bois sur les troncs pour les débarrasser du velours qui les recouvrent une fois leur croissance achevée. Cette action, si elle est répétée de trop nombreuses fois, finit par abimer les arbres. C’est pour cette raison que vous pourrez apercevoir lors de vos balades en forêts certains arbres protégés par un grillage !

- L’écorçage par les cerfs facilite le développement de pourriture et de coloration des bois.


Gestion durable
Ressources